Imprimer

Jean-Jacques Sicsic

Associe a la categorie Disparus après le 19 mars 1962

Le 28 juin 1962, 
Sur la route entre Béni-Saf et Oran


Témoignage de son frère Maurice Sicsic.

J’ai appris votre projet de publier un livre blanc de témoignages de familles de disparus en Algérie. Je voudrais, par la présente, joindre mon témoignage.

Mon frère, Sicsic Jean-Jacques a disparu le 28 juin 1962 entre Béni-Saf et Oran, où il se rendait en voiture, une Citroën ID, en compagnie d’un ami de Béni-Saf, Émile Bensoussan, 40 ans, propriétaire de la voiture, commerçant. Mon frère était professeur de collège, marié, père de deux enfants, âgés alors de 4 et 6 ans. J’étais moi-même professeur au lycée Ardaillon, à Oran, où j’habitais. Le 29 juin 62, ma belle-sœur inquiète de ne pas voir mon frère de retour à Béni-Saf nous a téléphoné pour savoir si nous l’avions vu à Oran. 
Immédiatement, ce fut stupéfaction et angoisse. Le lendemain matin, ma belle-sœur Colette, née Cohen (28 ans), son père M. Cohen Mimoun (65 ans), sa mère, Mme Cohen (55 ans) et un ami, M. Lévy Jean-Louis (24 ans) neveu d’Émile Bensoussan, viennent en voiture (encore une Citroën ID) à Oran afin de rechercher mon frère et Émile Bensoussan. Malgré mes avertissements et mes efforts pour les dissuader, ils sont partis en me disant leur intention d’aller au « Village Nègre » (face au lycée Ardaillon) où ils disaient connaître des personnes susceptibles de les renseigner. Depuis, ils ont tous disparu. J’ai fait sur place tout ce que j’ai pu pendant ces jours troubles où les manifestations de liesse hystériques et menaçantes emplissaient les rues. 
J’ai contacté ce qu’il restait d’autorités sur place : commissariat de police, préfecture, Croix-Rouge, inspection d’académie, les journalistes de métropole qui étaient à Oran pour couvrir les évènements et qui pouvaient à cette occasion avoir des contacts. Tout ceci en vain. J’ai alors quitté Oran avec ma femme et mes enfants (3 ans et 5 ans) le 19 juillet 1962. Le 14 février 1963, en réponse à une nouvelle démarche de ma part, le Comité International de la Croix-Rouge à Genève me fait savoir que, depuis le 18 juillet 1962, une enquête est en cours sur mes disparus. Finalement, en juin 1964, j’ai eu du consulat général de France à Oran un « acte de décès », mettant ainsi un terme, sans que je puisse savoir rien de plus, quant aux circonstances de ces disparitions. À signaler que les voitures de M. Bensoussan et de mon frère, ont été revues à Béni-Saf, aux mains d’Algériens. Il est très difficile et très triste de rappeler ces évènements douloureux. Je peux ajouter à cette liste la disparition du Dr Georges Benoliel, le 27 avril 1962. Il a été appelé dans la nuit auprès d’une « malade », où il s’est rendu. Il a disparu ainsi que sa voiture (une ID). C’était le beau-frère de ma femme.
 
 
Jean-Jacques Sicsic
Jean-Jacques Sicsic,
38 ans

Mémorial National

Plus de 2300 noms gravés en mémoire des Français civils et militaires disparus en Algérie (1954-1963)

Centre de Recherche

Collecte témoignages et documents relatifs aux disparus et aide les familles dans leur recherche