Imprimer

Prix littéraire algérianiste « JEAN POMIER » 2007

Écrit par Paul BIREBENT, Roger ROSSO, Simone GAUTIER, René DOMERGUE. Associe a la categorie Prix littéraire "Jean Pomier"

Le jury du Prix littéraire algérianiste réuni à Narbonne le mardi 23 octobre a attribué

Le Prix Algérianiste « Jean Pomier » à Paul BIREBENT
pour :
 

« HOMMES, VIGNES ET VINS DE L’ALGERIE FRANCAISE 1830-1962 »



Ce livre est le reflet de 132 ans de travail, d’esprit d’entreprise et de modernité qui firent le pays que nous avons laissé en 1962.
C’est non seulement une étude complète de l’histoire de la vigne en Algérie par un spécialiste mondialement connu aujourd’hui, mais l’histoire de ces hommes partis sur des terres où tout était à construire.
C’est l’évocation juste d'une période créatrice de travail et de mise en valeur de la terre qui laissa en 1962, un pays en pleine productivité

Le Prix spécial du jury algérianiste à Roger ROSSO
pour :
 

« PIK,UN SIECLE»


 

avec la participation de Catherine MARTHOT
Ce livre exceptionnel nous fait profiter des souvenirs, clairs et précis d’un homme de 102 ans qui raconte en textes et en images, un siècle de sa ville de Bône. Roger Rosso était architecte mais aussi humoriste connu sous le nom de Pik, l’un des « dix d’Alger ». Les dessins, aquarelles et tableaux qui accompagnent les textes écrits par Catherine Marthot, sont d’une grande qualité et rendent encore plus vivante cette évocation pleine de vie, d’humour et de bonne santé.

La Distinction Livre Algérianiste : Témoignage à Simone GAUTIER
pour :
 

« Le plateau des GLIERES »

La journée du 26 mars s’inscrit en lettres de sang dans l’histoire des français d’Algérie. Dans ce livre poignant, Simone Gautier crie sa douleur et les souvenirs cruels remontent à la mémoire. Simone Gautier, se bat contre la chape de plomb d’un oubli volontaire qui recouvre depuis 45 ans, cette journée de crimes. Son drame, son combat sont aussi les nôtres.

La distinction Livre Algérianiste : Sociologie à René DOMERGUE
pour :
 

« L’INTEGRATION DES PIEDS-NOIRS DANS LES VILLAGES DU MIDI »

René Domergue est sociologue, il a mené une enquête sérieuse et honnête sur les réactions d’une région languedocienne à l’arrivée des Pieds-Noirs en 1962. L’auteur a eu le mérite d’évoquer les frustrations de ces « rapatriés malgré eux », leurs revendications mémorielles et la culpabilisation qu’on fait peser sur eux et leurs descendants. Ces phénomènes de rejet à leur arrivée, peuvent être reconnus par tous les Pieds-Noirs qui s’installèrent dans bien d’autres régions de France.

Imprimer

Prix littéraire algérianiste « JEAN POMIER » 2006

Écrit par Daniel RONDAU, Marie-Jeanne MARTI, Feriel Ben MAHMOUD, Charles JEANTELOT. Associe a la categorie Prix littéraire "Jean Pomier"

16 livres étaient au concours cette année et tous méritent d’être reconnus quand on sait l’investissement affectif et matériel que représente l’élaboration d’un ouvrage. Tous n’ont pu être récompensés mais ont droit aussi à tout notre intérêt car ils sont le reflet de notre histoire.

Le jury du Prix algérianiste « Jean Pomier » après une première sélection sur les 16 candidats au concours, a désigné dans son vote final le livre

« Camus ou les promesses de la vie »
de Daniel RONDEAU : Prix « Jean Pomier » 2006

 

Ce livre, un peu exceptionnel aujourd’hui, rend justice au peuple Pieds-Noirs tout entier à travers la personne de Camus. Daniel Rondeau souligne avec une grande objectivité les déchirements de Camus le Pieds-Noirs, dans la tragédie algérienne. L’analyse de son dernier roman « Le premier homme » crie une réalité que ses contemporains ont refusé de voir. Enfin, cette constatation : « La guerre a jeté les français d’Algérie dans un précipice. Ceux du Premier Homme ne se sentent pas responsables d’être là, leurs pères étaient des va-nu-pieds qui ont travaillé dur pour mettre la terre en valeur et maintenant, les algériens et les français de métropole viennent leur expliquer que cette présence est un crime… » Cette analyse honnête, nous a fait distinguer un ouvrage rare qui rend justice à une communauté historiquement malmenée.

La distinction « Livre algérianiste 2006 » prix du roman,a été attribuée à

Marie-Jeanne MARTI
pour « J’entends encore la mer »


Marie-Jeanne Marti n’a pas vécu de l’autre côté de la Méditerranée. Elle ne connaît de l’Algérie que les évocations de ses parents, de son père en particulier, évocations tellement fortes et vraies qu’elle a su les transposer avec une vie intense. C’est un homme écrasé par l’histoire qui va se retrouver sur la terre métropolitaine, après une enfance algérienne pauvre mais heureuse, malgré l’épisode tragique dans l’armée d’Afrique vécu un peu plus tard,. C’est l’autisme, plus que la simple surdité d’un homme qui va rassembler ses forces et son courage pour faire vivre sa famille dans un monde et un climat hostiles jusqu’à une retraite enfin méditerranéenne mais terrassée par la maladie. Tout Pieds-Noirs de souche retrouve dans ces lignes le vécu cruel de l’exil : l’agression du climat, l’univers d’incompréhension, la quête avide de l’autre, celui qui a partagé le même passé, connu les mêmes émotions, l’obsession enfin des souvenirs vivaces jusqu’au dernier souffle.
Ce livre ne peut laisser aucun de nous indifférent et nous saluons là, la jeune génération porteuse de mémoire.


La distinction : Livre algérianiste 2006 – Militaria
a été attribué à

 Feriel Ben MAHMOUD
pour « Bat’ d’Af, la légende des mauvais garçons »

L’auteur s’est penchée sur la vie d’hommes dont on a peu parlé jusqu’ici, ceux qui à partir de 1832 ont formé les bataillons disciplinaires de l’armée. Avec grand souci d’objectivité, elle a retracé la galère de ceux qui souvent étaient envoyés là pour des délits sur lesquels on passerait facilement aujourd’hui. En suivant scrupuleusement les documents, les journaux, les écrits de l’époque comme les livres de Mac Orlan ou Cendrars, elle rappelle la vie, les souffrances, les mœurs de ceux qu’on a appelés « les joyeux ».

A la lecture de ce livre réaliste et sans passion, on peut mesurer les souffrances et les sacrifices de ces hommes qui défendirent l’honneur de la France et pour lesquels il n’y a presque plus de mémoire.

Un livre juste au vrai sens historique.

La distinction : Livre algérianiste 2006- Prix Histoire A été attribué à

Charles JEANTELOT
pour « Repères au crépuscule »

Récit autobiographique d’une grande sincérité. Enfant de la campagne marocaine, rompu à la vie dure du bled, parlant parfaitement la langue arabe et berbère, l’auteur, ancien officier des affaires militaires musulmanes connaît parfaitement les hommes et leur âme. En y incluant son parcours personnel, Charles Jeantelot fait une analyse très détaillée des évènements et des actions de la colonisation depuis 5 décennies. Les différents postes occupés lui ont donné une place privilégiée pour découvrir les dessous d’une politique coincée entre des enjeux internationaux et faisant fi des malheurs engendrés dans les populations pendant qu’une armée encore animée d’une certaine foi, se battait sur le terrain.

Un livre qui fait référence avec une somme de témoignages exceptionnels sur les évènements vécus par l’auteur en Indochine, au Maroc et en Algérie.

Imprimer

Prix littéraire algérianiste « JEAN POMIER » 2005

Écrit par Pierre DIMECH, Philippe LAMARQUE, Pierre JARRIGE. Associe a la categorie Prix littéraire "Jean Pomier"

Le jury du Prix algérianiste « Jean Pomier » après la sélection de 6 ouvrages sur les 11 candidats au concours, a désigné dans son vote final le livre de

Pierre DIMECH
Prix « Jean Pomier » 2005
pour
« Pieds-Noirs et Cous-Rouges- Il était deux fois l’Amérique »
dimechDans cette étude originale, tout en se gardant de comparaisons étroites, l’auteur s’est attaché à mettre en perspective la conquête de l’Ouest des Etats-Unis et l’aventure de la France en Algérie. L’époque et l’élan vers les terres d’espérance étaient les mêmes. Les épreuves et les souffrances se ressemblaient. Enfin le sort infligé aux populations sudistes par leurs compatriotes après la défaite du Sud a de fortes similitudes avec celui qui échut aux Pieds-Noirs en 1962, bien que l’époque ait été plus récente.
C’est la guerre de Sécession et ses combats désespérés mis en parallèle avec le combat pour l’Algérie française, c’est le traitement infligé par les nordistes aux sudistes et celui des métropolitains aux Pieds-Noirs, c’est surtout la mise en valeur de ces tempéraments de pionniers, leur courage, leur culte de l’énergie, la force de leur enracinement et leur attachement à une patrie.
Enfin, l’analyse précise des œuvres littéraires des deux communautés avec leurs remarques similaires et la quantité de citations relevées par Pierre Dimech sont un morceau de choix de cette évocation.
(Editions de Paris 24€)


La distinction « Livre algérianiste 2005 »prix narration historique,
a été attribuée à Philippe LAMARQUE
pour « Les très riches heures de l’Algérie »
De l’Antiquité à 1914, illustré par des gravures et photos anciennes bien choisies, cet ouvrage historiqueriches heures particulier fait revivre l’Algérie avec une suite de récits documentaires pleins de vie et de détails souvent peu connus. Tous les grands moments y sont évoqués, depuis les Phéniciens et les Carthaginois, la conquête romaine et la Pax Romana chrétienne, les Vandales et les Byzantins, l’arrivée de l’islam et les conversions, les incursions espagnoles, la piraterie barbaresque, le débarquement des français et la conquête jusqu’à la veille de la Grande Guerre. Cette suite d’épisodes historiques met en relief les faits marquants, les réalisations, les combats avec des détails quelquefois truculents. Les personnages prennent vie avec leur impétuosité, leurs travers mais surtout leur courage. Les passages concernant l’armée d’Afrique sont riches de détails authentiques et l’auteur sait faire passer le souffle épique qui n’a cessé d’animer cette vaillante armée depuis sa création.
Ce bel album a, de plus, une présentation claire qui aide à la compréhension, bien structuré, avec un atlas historique, une suite de références de qualité et des images inédites.
(Romain PAGES Editions 39€50)


La distinction : Livre algérianiste 2005 – documentaire est allée à
« L’aviation légère en Algérie » de Pierre JARRIGE.
aviationC’est ici, l’histoire des hommes et des femmes qui ont poursuivi l’épopée de l’aviation légère en Algérie, de 1945 à 1962. L’auteur qui avait déjà fait un ouvrage sur les débuts de l’aviation en Algérie, a constitué là, un recueil exceptionnel et très complet de témoignages et de documents. A ce spécialiste passionné d’aviation et aviateur lui-même, d’anciens amateurs ou professionnels ont confié leurs archives familiales, leurs souvenirs avec une grande quantité de photos qui font de cet album un recueil de documents précieux.
Cet ouvrage nous apporte la preuve d’une audace, d’une modernité, d’une avance sur l’époque qui concrétisait le tempérament des français d’Algérie. Il nous montre aussi que quelques musulmans figuraient déjà parmi ces aviateurs.
Pierre Jarrige a effectué là un travail considérable auquel il se donne depuis des années et qui constitue une somme à la disposition de nos successeurs. ( Auto-édition -chez l’auteur 46€ avec le port 54€)

 

Actions Culturelles

Le Cercle : une communauté de recherche et un soutien à la création

Sauvegarder, défendre et transmettre la mémoire

Les actions principales menées par le Cercle algérianiste :