Imprimer

Le 19 Mars ou la duplicité du gouvernement

Le discours tenu par le gouvernement et le ministre des Anciens Combattants, M. Masseret, au sujet du 19 mars nous était jusqu'alors familier et se résumait ainsi : pas d'officialisation d'une journée de commémoration de la fin des combats en Algérie, ni le 19 mars, ni le 16 octobre et liberté à chacun de célébrer la date de son choix.

Cette position, certes peu courageuse, était en outre relayée sur le terrain par les députés socialistes régulièrement interpellés sur cette question par les associations de rapatriés.

La donne a semble-t-il changé, de manière non avouée, certes, et l'approche des échéances électorales, de celle du 40ème anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie conjuguée au lobbying toujours actif de la FNACA n'y sont sans doute pas pour rien.

19mars09 Valence Kiosque C 140309

Le 16 mai 2001, en effet, la quasi-totalité des députés socialistes ont déposé une proposition de loi tendant à officialiser le 19 mars. Il est ainsi particulièrement surprenant d'y trouver même des députés qui, tel Georges Frêche, à l'époque maire de la ville de Montpellier, étaient réputés jusqu'à présent, hostiles à cette initiative. Mais les convictions de certains peuvent, il est vrai, parfois s'émousser avec le temps.

Cette proposition de loi est bien sûr, pour de nombreux anciens combattants, pieds-noirs et harkis, inacceptable tant elle blesse notre mémoire et ravive les plaies. Elle constitue en outre une insulte aux 150 000 harkis et 25 000 pieds-noirs assassinés après le 19 mars 1962.

Mais elle est aussi le signe de la grande duplicité, à l'égard de notre communauté, d'un gouvernement qui tient un discours qu'il veut d'un côté équilibré, tout en autorisant son groupe parlementaire à l'assemblée nationale, à promouvoir l'officialisation du 19 mars.

L'exposé des motifs de ce texte vaut que l'on s'y arrête puisque tout en proposant que le 19 mars soit élevé au rang de journée nationale de recueillement et de mémoire, les députés socialistes poussent la provocation jusqu'à évoquer la douleur et l'arrachement des pieds-noirs à leur terre natale ainsi que le lourd tribut des harkis.

Il va de soi que l'ensemble de nos compatriotes ne peut que s'opposer à une telle attitude ignominieuse.

Le Cercle algérianiste a déjà réagi. D'autres associations de rapatriés et harkis, également. Mais n'en doutons pas, le décor est en place pour que l'année 2002 soit l'année de l'officialisation du 19 mars.

Nous affirmons notre détermination à nous opposer au choix de cette date qui ne peut rassembler, mais au contraire, accentuerait la fracture de la nation.

Thierry Rolando

Président du Conseil d'Administration du Cercle algérianiste

Nous vous, invitons à adresser vos courriers, au nom de votre député à l'Assemblée nationale, à l'adresse suivante :

Assemblée Nationale
M. x
126, rue de l'Université
75007 Paris

Actions Culturelles

Le Cercle : une communauté de recherche et un soutien à la création

Sauvegarder, défendre et transmettre la mémoire

Les actions principales menées par le Cercle algérianiste :