Articles

Imprimer

Brèves d'Octobre 2016

Écrit par CINI. Associe a la categorie Brèves en une phrase

Andrée MONTERO vient de nous quitter.

C'est l'une des nobles figures du Cercle algérianiste qui disparaît, et aussi sans doute, un pan de notre mémoire culturelle, qui s'en va avec elle.

Andrée MONTERO avait certes, présidé aux destinées du Cercle de Toulouse, puis à celles du Cercle national, de 1996 à 1998, mais elle était aussi reconnue comme l'un des grands auteurs de notre communauté.

« Rio-Salado », prix de l'Afrique Méditerranéenne, ou « Les vignes rouges », prix du roman de l'Académie du Languedoc, sont quelques-uns de ses titres emblématiques.

Mais l'histoire d'Andrée MONTERO est aussi indissociable de celle des Disparus en Algérie.

Elle dû surmonter en effet le drame profond et intime, en 1962, de la disparition de son mari et de son frère dont les noms figurent sur le Mur des Disparus de Perpignan.

Andrée MONTERO a eu la force de surmonter le drame pour témoigner par l'écriture, et faire connaître aux autres, les souffrances des Français d'Algérie.

Elle restera dans nos mémoires et dans nos cœurs, une grande dame et une algérianiste de conviction.

À son fils ainsi qu'à toute sa famille, je tiens, au nom du Cercle algérianiste, à présenter mes plus sincères condoléances et à les assurer de toute la sympathie et l'affection de la grande famille algérianiste à laquelle Andrée tenait plus que tout.

Thierry Rolando
Président national du Cercle algérianiste