Articles

Imprimer

Décembre 2005

Écrit par Administrateur. Associe a la categorie Satisfecit et Cartons Rouges

Satisfecit

- Nos satisfecit iront ce mois-ci à la douzaine de parlementaires qui ont, le 29 novembre dernier à l’Assemblée nationale, courageusement bravé les pressions des lobbies et des médias bien pensants pour défendre l’intégration dans les manuels scolaires des aspects positifs de la présence française en Algérie. Ils ont pour nom, Lucca, Remiller, Léonetti, Diefenbacher, Tabarot, Vanneste, Kert, Guibal, Cugnenc, Grand, Mariani et Fenech.

- Satisfecit aussi pour la position courageuse du député européen, Philippe de Villiers, affirmant sur France-Inter, que la colonisation a eu incontestablement des aspects positifs et est intervenu publiquement auprès du président de la République, Jacques Chirac, pour condamner le traité d’amitié franco-algérien et la repentance qui en serait la pierre angulaire.

- Satisfecit, enfin, à l’incontrôlable Georges Frêche, président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon pour sa défense débridée du Musée de la présence française en Algérie qui devrait se situer à Montpellier, ainsi que de l’œuvre positive de la colonisation.

Cartons rouges

- Les cartons rouges, également, ne manquent pas en cette saison et nous les attribuons en premier lieu aux députés des groupes socialiste et communiste, qui, avec dix mois de retard et vraisemblablement pour des raisons électorales et politiciennes, se sont aperçus que la loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la nation en faveur de la présence des Français rapatriés n’était pas aussi acceptable qu’ils le croyaient et ont donc voulu en abroger son article 4 concernant les manuels scolaires.

- Carton rouge aussi au groupe UDF et à son porte-parole François Rochebloine, député proche de la FNACA pour s’être aligné sur les contempteurs de la loi. Il est urgent que l’UDF clarifie ses positions à l’égard des Pieds-Noirs et des Harkis.

- Carton rouge, également, au nouveau maire de Montpellier, Mme Hélène Mandroux qui, sans explication, a fait une croix sur le musée promis par son prédécesseur aux Français d’Algérie. Nous sommes persuadés que Mme Mandroux est mue dans cette affaire par de nobles raisons et, en particulier, celles qui consistent à être à l’écoute des partis extrémistes et du consul d’Algérie qui veulent nier l’œuvre de la France en Algérie. Nous aimerions vivement qu’elle s’en exprime publiquement.

- Enfin, carton rouge, mais cela devient une habitude, pour le président de la République qui, une fois de plus, n’a pas eu un mot pour défendre la France et en particulier les Pieds-Noirs et les Harkis face aux insultes d’Abdelaziz Bouteflika et qui accepte, semble-t-il volontiers, les ingérences de ce chef d’État sulfureux dans les affaires françaises.