Articles

Imprimer

CVR du 15 Août 2005 : Le coup de pied de l’âne

Écrit par Michel Lagrot. Associe a la categorie Le Comité de Vigilance et de Riposte (CVR)

Le coup de pied de l’âne

L’hebdomadaire « Paris Match » a récemment publié une longue interview de Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, lequel, racontant sa jeunesse en Algérie et son arrivée dans la métropole à l’age du bachot en 1957, conclut : «  la France m’a adopté »...ça ne mange pas de pain, même si on se risque au passage à faire remarquer qu’à cette date, tous les natifs des départements algériens étaient adoptés de droit .

Le Hic est que l’adopté en question, débarquant dans la métropole se fait un devoir d’exprimer dans le cours de son récit sa détestation des Pieds Noirs dont il dénonce « l’intolérance » ; à la clef une affirmation pour le moins audacieuse selon laquelle « ils faisaient tout pour éliminer l’identité musulmane » !!!! pas moins. On peut lire aussi à propos d’Alger que « les Pieds noirs controlaient tous les quartiers ».....

Est il vraiment utile de réfuter d’aussi malveillantes bêtises ? faire observer que notre jeune Dalil arrivait d’un pays en guerre, situation qui n’a jamais favorisé la tolérance ; que l’identité musulmane dont il parle n’a été préservée, entre autres, que par une foule d’éminents professeurs ( a-t-il seulement entendu parler des frères Marçais, récemment honorés par l’institut du monde arabe ?), tous Pieds Noirs ? que des quartiers d’Alger en 1957, la plupart étaient controlés par l’Armée et certains par les terroristes du FLN, mais certainement aucun par les Pieds Noirs... avec quels moyens l’auraient ils fait ?

Nous nous contenterons d’une observation : Dalil Boubakeur, fin politique, est le recteur très politiquement désigné de la mosquée de Paris, pion de ce panier de crabes ( l’expression, rapportée par la Presse, émane d’un des participants ) qu’on désigne par le sigle CFCM, ou Conseil Français du Culte musulman, et dont il est quelque peu l’otage.  A ce titre, qu’il le veuille ou non, il est vu par l’opinion publique comme représentant l’Algérie d’aujourd’hui. Alors, franchement, les algériens sont ils vraiment un modèle en matière de tolérance ? sont ils en droit de donner des leçons à qui que ce soit sur la planète en cette matière ?

Le recteur qui s’exprime avec tant d’inélégance morale, fils pourtant d’un notable très francophile et très respecté, doit tout à la France : mais surtout il doit  la formation de sa jeunesse à des maitres qui, tous, étaient des Français d’Algérie, et dont aucun, apparement, n’a attenté à son identité . Alors, à défaut de reconnaissance, on attendrait qu’il sache se taire.

En cette époque oû la Loi, l’usage et les bonnes manières interdisent de toucher à un cheveu d’un Inuit, d’un Hottentot ou d’un Chaoui, il est une race insultable et diffamable à merci qui s’appelle les Pieds Noirs. Ceux là, il est même recommandé de les insulter, puisqu’une campagne de presse d’une violence inouïe se déchaine contre eux depuis des mois, et qu’être dans le vent est toujours bon pour la carrière...

Alors Dalil Boubakeur n’a pas manqué d’ajouter sa petite contribution : Le fabuliste avait prévu le coup, et même jugé le personnage : il appelait ça le coup de pied de l’Âne !

M.LAGROT
Responsable CVR
Hyères le 15/08/05