Articles

Imprimer

CVR du 5 avril 2004 : Contre éducation nationale

Écrit par Michel Lagrot. Associe a la categorie Le Comité de Vigilance et de Riposte (CVR)

CONTRE EDUCATION NATIONALE

Analyse d'une crapulerie pédagogique

Ces derniers mois le Cercle a eu connaissance d'un message consultable sur Internet et diffusé par une école primaire de Vendée, école pratiquant la méthode Freinet (rendue responsable depuis des décennies de pas mal de catastrophes pédagogiques ...).

Ce message consistait en une prétendue interview du " Papy de Kevin ", supposé être un ancien du contingent rapportant sa campagne d'Algérie avec force descriptions horrifiques d'embuscades dont il se serait heureusement sorti, et surtout des appréciations critiques sur les colons pieds noirs en général, qui méritent quelqu'analyse.

Pour ce Papy (terme générique bien placé servant à suggérer quelque retraité paisible à la morale intransigeante), les dits colons possédaient des domaines immenses - il était question de 16 000 Ha -, et ne se déplaçaient qu'avec leur avion personnel ; quant à leur rôle dans les événements de l'époque, il se bornait, en raison de leur connaissance de l'arabe, à assister les militaires dans leurs séance de torture ....

Il nous parait intéressant de comprendre le mécanisme de la désinformation ainsi fabriquée, par lequel rien n'est laissé au hasard. Le but étant de déconsidérer, comme " colonialistes " (mais le mot n'est pas prononcé), des gens que l'enfant ne connaît pas et qu'il assimile vaguement et inconsciemment à des étrangers , le premier pas est accompli sans effort vers la diffamation . Il s'agit donc d'abord d'assimiler le Pieds Noirs à un individu très riche, la richesse étant par principe chargée d'opprobre : le chiffre de 16 000 Ha fera évidemment écarquiller les yeux aux gamins de la classe dont la plupart sont élevés par des parents qui paient à crédit leur pavillon planté sur 400 M² de terrain…résultat garanti ! Comme est garanti l'effet de la visite des terres en avion, implicitement comparé au sort misérable du travailleur arabe exploité qui ne va qu' à pied et peine derrière sa charrue . Ce qui n'est pas dit est très bien suggéré et l'on imagine sans peine les commentaires des élèves groupés en forum autour de l'"éducateur "!

Pour le volet " torture " , il fait, bien sur, partie de la panoplie dialectique obligatoire de tout commentaire sur la guerre d'Algérie, et il est habilement incorporé au tableau pour salir en même temps l'Armée et les français d'Algérie . Toujours de loin et sans se salir les mains d'ailleurs, car il est remarquable que tous ces témoins justiciers sont au coeur de ces événements sans jamais en être les acteurs : comment ont-ils donc fait ?

Inutile d'ajouter que, pas une seule fois, un nom, un fait précis, une date, un lieu, ne sont donnés. Le but étant de frapper les esprit et non de dire la vérité, cela va sans dire...

On observe que la perversité du procédé employé tient en grande partie à l'utilisation du vrai pour faire du faux. Car s'il a peut-être existé en Algérie à l'époque une propriété de 16 000 Ha (mais où ?), les statistiques prouvent abondamment que la moyenne des terres était de superficie fort modeste, et majoritairement aux mains des musulmans. Mais qui va expliquer aux enfants qu'un hectare de blé en Beauce, chez lui, vaut vingt fois celui des Hauts plateaux algériens, que les seuls très grands domaines étaient possédés par des sociétés installées par l'État et dont les colons n'avaient pas un pouce carré, que le niveau des quelques grandes fortunes d'Algérie était le cinquième, au mieux, de celui des fortunes françaises .... Qui ?

Même remarque pour les tournées en avion dénoncées avec gourmandise dans cette " interview " : S'il y a eu dans le Constantinois le cas de colons revenus de la 2° guerre mondiale après s'être couverts de gloire aux commandes de leur Spitfire, et profitant de leur expérience de pilote pour surveiller leurs champs en avion, et échapper aux attentats qui menaçaient quotidiennement leur existence, qui oserait le leur reprocher ? Et qui dira aux enfants qu' ils n'étaient que très rares et glorieuses exceptions ? ....

Quant au rôle des colons aux cotés de l'Armée, il est de toute évidence que n'importe quel blédard connaissant le pays à fond et sollicité par une armée agissant en terrain inconnu prêtait son concours aux opérations ; le contraire eut été franche trahison ! Mais quel professeur honnête expliquera à ses élèves qu'aider son pays en guerre est un devoir auquel nul de ces colons ne s'est soustrait, que servir d'interprète dans un interrogatoire est le rôle naturel d'un civil et n'a rien à voir avec la torture, que cette dernière n'a été pratiquée qu'en toute extrémité et presque jamais en campagne etc... ?

Ajoutons une remarque bien rarement formulée dans ce genre de débat : si d'aventure quelque voyageur retour d'Australie décrit, images et sourires à l'appui, de splendides exploitations aux fermiers aviateurs rompus aux dernières techniques, on n'entendra que commentaires extasiés sur le dynamisme de ces courageux pionniers mais lorsqu'on rapporte des situations similaires concernant le peuple Pieds noirs, ce n'est que pour susciter l'opprobre à son rencontre ....

Ainsi éclate la malhonnêteté du système : depuis l'invention du " Papy de Kevin " , dont il parait clair qu'il est de pure imagination, mais dont la non moins imaginaire embuscade fait un héros dans l'inconscient de l'enfant, jusqu'à l'obligatoire mention des tortures qui imprime dans son jeune esprit l'équation: armée française en Algérie = torture, en passant par la description fantasmagorique d'un colon forcement milliardaire, on trouve une palette assez complète de la manipulation pratiquée par l ' " Education " nationale, ainsi nommée par antiphrase sans doute. Aucun jugement n'est ouvertement porté, on laisse jouer le réflexe conditionné de l'élève, idéologiquement bien préparé n'en doutons pas !

L'épilogue de l'affaire se réduit à sa plus simple expression : devant nos protestations nombreuses et véhémentes, l'école a supprimé la prétendue interview de son site Internet : pas de scandale ! mais les jeunes cerveaux ont reçu le mensonges 5/5 et le mal est fait ....s'il est vrai que Socrate a du boire la ciguë pour avoir perverti la jeunesse, on mesure quelle était la sagesse des athéniens, qui savaient, eux, qu'il n'est pas de plus grand crime ....

Merci, messieurs les pédagogues !

M. LAGROT
Responsable CVR