Articles

Imprimer

Pour une histoire équilibrée

Écrit par Thierry Rolando. Associe a la categorie Loi du 23 Février 2005 sur les rapatriés

Pour une histoire équilibrée

Ces dernières semaines, à l'instigation d'un certain nombre d'universitaires et d'intellectuels soutenus par des personnalités très marquées idéologiquement, une action de protestation a été orchestrée, par médias interposés, afin de demander l'abrogation de la loi du 23 février 2005 portant reconnaissance en faveur des Français rapatriés.

Les initiateurs de cette démarche contestent principalement l'article 4 de cette loi qui dispose que « les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre‑mer » au motif que cela serait de nature à menacer gravement la nécessaire neutralité de l'enseignement de l'histoire.

L'expérience de plus de quarante ans d'enseignement de l'histoire de la présence française en Algérie de même que le parcours d'un certain nombre de signataires de la pétition dite des «historiens» (Vidal‑Naquet, A. Krivine, H. Alleg, Fi Jeanson, etc.) en dit plus qu'un long discours sur les objectifs de ceux qui se drapent aujourd'hui dans les habits de la neutralité scolaire après avoir imposé jusqu'à aujourd'hui une vision hémiplégique de l'histoire.
C'est en filigrane la repentance de la France qui, pour beaucoup de ces signataires, est l'objectif recherché.

Notre souhait n'est pas d'imposer une mémoire à la place d'une autre, de proclamer une vérité historique plutôt qu'une autre, mais tout simplement d'obtenir un enseignement équilibré de l'histoire de la présence française en Algérie.

Face à ce qu'il convient d'appeler une manipulation, il nous a semblé important de réagir et de ne pas laisser le champ intellectuel uniquement à ceux qui professent de telles contre‑vérités.

C'est la raison pour laquelle le Cercle algérianiste a pris l'initiative de proposer aux journalistes, historiens, enseignants et universitaires qui sont attachés à une histoire apaisée et équilibrée, de co‑signer le texte ci‑contre élaboré par notre amie Evelyne Joyaux, présidente du Cercle algérianiste d'Aix‑en‑Provence.

D'ores et déjà, de très nombreuses personnalités spécialistes de l'Algérie viennent d'apporter leur concours à cette démarche.

Cette première liste d'une centaine de signataires a été arrêtée dans les derniers jours de mai 2005. Elle devrait s'étoffer et rallier de nombreux autres signataires.

La liste intégrale, mise à jour régulièrement, sera publiée sur le site internet national du Cercle algérianiste.

Thierry Rolando
Président national du Cercle algérianiste