Articles

Imprimer

PETITION : Quel enseignements pour quelle neutralité?

Écrit par Administrateur. Associe a la categorie Loi du 23 Février 2005 sur les rapatriés

PETITION DU CERCLE ALGERIANISTE :
HISTOIRE!
QUEL ENSEIGNEMENT POUR QUELLE NEUTRALITÉ?
180 intellectuels la soutiennent !

 

La loi du 23 février 2005 disposant que « les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer » a suscité de vives réactions au prétexte qu'il revient aux intellectuels- de s'opposer à l'enseignement d'une histoire officielle.
Qui ne souscrirait à une défense aussi sourcilleuse des principes ?

Mais qu'en est-il du principe de neutralité dans l'enseignement de l'Histoire lorsque l'on ouvre les manuels scolaires ?
Des colloques sont organisés au sein de l'Education Nationale autour de la « Guerre d'Algérie » dont on fait remonter l'origine à 1945, parfois aux fêtes du Centenaire, quand ce n'est pas à la Conquête : une seule et même violence, continue, exercée par la France. Des ouvrages entiers sont spécialement destinés à « former » les professeurs sur la façon de l'enseigner. On y fait clairement état des recommandations pour orienter cet enseignement. II y est question de « libérer la parole» à propos de la torture afin de « favoriser la réconciliation des mémoires », de «relier les jeunes immigrés à leur passé » etc.
Lorsque l'on assigne aussi clairement une mission à l'enseignement de l'Histoire comment peut-on prétendre, en même temps, se présenter comme garant de sa neutralité ?

Au début du siècle dernier, l'Ecole a dispensé une histoire patriotique, donc partiale. On lui a attribué les excès du nationalisme. A notre époque, les intellectuels qui l'ont condamnée avec force, adoptent une attitude semblable : bien que symétrique. En s'évertuant à démontrer partout et toujours la culpabilité de la France, ils n'en sont pas plus respectueux que leurs prédécesseurs de cette neutralité historique qu'ils revendiquent pourtant! Ils ouvrent la voie à d'autres menaces.

Le refus d'évoquer l'oeuvre positive de la France en Algérie ne vient donc pas de l’absence de preuves, puisque les documents abondent, mais de ce qu'elle contrarie le dogme qui condamne la colonisation. L'utilisation de termes comme « négationnisme » ou « révisionnisme » nous renseigne sur ce point.
Aujourd'hui encore plus qu'hier l'exigence de vérité historique s'efface devant la prédication. Celle-ci oriente davantage qu'autrefois l'opinion publique, grâce aux médias.

Que demain la probité intellectuelle l'emporte sur la passion idéologique, que tous les aspects de l'histoire de la France en Algérie soient enseignés aux élèves, la guerre mais aussi l'oeuvre française, alors la loi deviendra inutile.

Les signataires au 21/01/2006 :

Louis Abadie (écrivain), Jacques Aboucaya (enseignant), Claude et Antoine Adrover (enseignants), Jean‑Paul Angelelli (enseignant), Maud Arnaud (écrivain), Bernard Bachelot (écrivain), Jean‑Louis Bandet (professeur), Georges Bardelli (écrivain), Pierre Barrucand (maître de recherches au CNRS), Marcel Baudin (écrivain), Jacqueline Baylé (écrivain), Gaëtan Bellissima (enseignant), Jean Benoit (journaliste), Georges Bensadou (président honoraire de Cour d'appel), Jean Bermond (président honoraire de Cour d'appel), Pierre Bernard‑Brunet (universitaire), Jean‑Yves Bertrand‑Cadi (président honoraire de Cour d'appel), Roland Billault (enseignant), Anne‑Lise Blanchard (écrivain), François Bluche (universitaire),Roger Boccanfuso (enseignant), Yves Bodeur (universitaire), Louis Bonète (enseignant), Philippe Bonnet‑Labarderie (historien), Daniel Bourgeois (enseignant), André Breton (universitaire), André Brocard (enseignant), Marguerite Broche (enseignante), Jean Brua (journaliste), Albert Buono (enseignant), Alphonse Cacciaguerra (enseignant), Maurice Calmein (écrivain), Marie‑Michèle Capuano (écrivain), Jean‑Paul Cardona (professeur), Georges Caserio (enseignant), Jean‑Pierre Castellani (universitaire), Gérard Cenac (ancien bâtonnier), MarieThérèse Cohen‑Adad (universitaire), Gabriel Conesa (journaliste), Gabriel-Pierre Coulaud (avocat), Jean Couranjou (directeur de recherches), Pierre Courthial (universitaire), Roland Courtinat (écrivain), Daniel Courtois (écrivain), Maurice Crétot (universitaire), Roger Daboussy (écrivain), Yannick Danrée (écrivain), Robert Davezac (historien), France David (enseignante), André Dechavanne (écrivain), Lionel Decramer (c hercheur), Marie-Paule Demesy-Boubay (historienne), Fernand Derrida (universitaire), Fernand Destaing (professeur), Pierre Dimech (écrivain), Annette et Émile Domecq (enseignants), Marc Donato (enseignant), Dr Georges Duboucher, Eudes Dunant (enseignant),Simone Durand‑Goallo (enseignante), Marie Elbe (écrivain), Gilbert Espinal (écrivain), Jean-Yves Faberon (universitaire), Mario Faivre (écrivain), Maurice Faivre (historien), Jacques Farisse (universitaire), Christian Fenech (écrivain), Jean‑Pierre Filipini (universitaire), Antoine Firbo (enseignant), Michel Foäche (enseignant), René Fonroques (cadre supérieur de la fonction publique), René Gadel (président honoraire de Cour d'appel), Pierre Gérentes (enseignant), Marie Gil (écrivain), Henri‑Christian Giraud (journaliste), Manuel Gomez (journaliste), Pierre Gourinard (enseignant), Suzette Granger (enseignante), Mohamed Grim (écrivain), Jeannine Grima (professeur), Gaston Guedj (enseignant), Pierre Guiho (universitaire), Nicole Guillemonat (maître de conférences), Christian Guizonnier (écrivain), Mohand Hamoumou (sociologue), Jacques Heers (universitaire), Caroline Henry (maître de conférences), Noémi Hepp (universitaire), Georges Hirtz (écrivain), Adrienne Honorat (universitaire), Georges Pierre Hourant (enseignant), Jean‑Charles Humbert (écrivain), Anne‑Marie Humblot‑Briat (écrivain), Guy Imart (universitaire), Claude Jacquemart (journaliste), Paul Jalabert (journaliste), Pierre Jarrige (écrivain), Rnée et Jean-Paul Jauze (enseignants), Jean Jolly (écrivain et journaliste), Évelyne Joyaux (écrivain), Pierre Julien (universitaire), Albert Kehl (enseignant), Angèle Koster (écrivain), Georges Laffly (écrivain), Pierre Lahalle (historien), Jeanine de La Hogue (écrivain), André Laingui (universitaire), Philippe Lamarque (écrivain), Christian Lapeyre (enseignant), Alain Lardillier (écrivain), Jean-Jacques Lasagna (universitaire), Colette Lastes‑Bellissima (enseignante), Albert Latournerie (général), Benoit Le Roux (enseignant), Paul Lebon (universitaire), Claude Leborgne (historien), Lucie Lorca (journaliste), Henri Martinez (écrivain), Louis Martinez (écrivain), Jocelyne Massot-Morla (enseignante), Jacques de Maussion de Favières (universitaire), Jean‑François Mattei (universitaire), René Mayer (écrivain), Gisèle Maylie (enseignante), Maurice Maylie (enseignant), Dr Marc Mazzuca (professeur de facultés), Pierre Meallier (enseignant), Françoise Mesquida (écrivain), François Meyer (général), Gaston‑Jean Miane (enseignant), Alice et Pierre Michaux (universitaires), jean Monneret (historien), Pierre Montagnon (historien), Andrée Montero (écrivain), Raymond Muelle (historien), Norbert Multeau (journaliste), Dominique Multeau‑Gardes (journaliste), Gabriel Nucci (écrivain), Gérard Ottl (maître de conférences), Jacqueline Ottl (professeur), Georges‑Émile Paul (écrivain journaliste), Marcelle Pélopidas (enseignante), Jean‑Pierre Péroncel‑Hugoz (journaliste), Léopold Peyrefitte (universitaire), Jean Pichot-Duclos (général), Georges Pieri (universitaire),  Yves Pleven (écrivain), Jean-Marie Potiez (professeur), Monique Poulnais (universitaire), Guy Pujante (écrivain), Josseline Revel‑Mouroz (universitaire), Jean‑Pierre Riéra (universitaire), François Ripoll (universitaire), René Rouby (écrivain), Maxime Rousselle (écrivain), Michel Rouzet (universitaire), Lucien Sabah (universitaire), Hélie de Saint‑Marc (écrivain), Gilbert Salinas (enseignant), Michèle Salinas (écrivain), jean Sarocchi (universitaire), Pierre Sarraz-Bournet (président honoraire de Cour d'appel), Yves Sarthe (enseignant), Geneviève Schurer (journaliste), Christian Serna (universitaire), Jean Sévillia (écrivain et journaliste), Évelyne Sibois (enseignante), Germain Sicard (universitaire), Jo Sohet (écrivain), Roger Soncarrieu (écrivain), Jean-Pierre Sortais (universitaire), Jean‑Pierre Tasei (universitaire), Geneviève de Ternant (écrivain), Paule Thibaut (professeur), Yves Thiriet (écrivain), Jacques Valette (universitaire), Jean-Claude Venezia (universitaire), François Vernet (enseignant), Marion Vidal‑Bué (écrivain), Pierre Vitiello (professeur), Charles Vivès (universitaire), Jean‑Louis Voisin (universitaire), Jean‑Claude Xuereb (écrivain).