Articles

Imprimer

La polémique sur la loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation envers les rapatriés... En bref...

Écrit par Administrateur. Associe a la categorie Loi du 23 Février 2005 sur les rapatriés


Un défenseur de la neutralité de l'enseignement en sulfureuse compagnie

Jacques Frémeaux, professeur à la Sorbonne et membre du Conseil scientifique du Mémorial de la France d'Outre‑mer de Marseille est un historien reconnu, spécialiste des questions algériennes. Il a notamment commis plusieurs ouvrages de référence tels « Les bureaux arabes dans l'Algérie de la conquête »ou « La France et l'Algérie en guerre
Jacques Frémeaux est attaché à la neutralité de l'enseignement. C'est très bien. Là où le bât blesse, c'est que M. Frémeaux n'a pas hésité à apporter sa caution à la pétition portée par la Ligue des Droits de l'Homme condamnant la loi du 23 février 2005 sur l'action positive des Français d'Algérie et qu'il se retrouve ainsi en bien sulfureuse compagnie pour défendre la cause précitée. Il faut savoir, en effet, que parmi les cosignataires de ladite pétition on relève, parmi bien d'autres, la présence d'Henri Alleg, de Mouloud Aounit du MRAP, d'Olivier Besancenot et d'Alain Krivine de la LCR, de Gisèle Halimi, ex‑avocate du FLN, de Marie‑Georges Buffet du PCF, de Francis Jeanson, ou bien encore de l'éternel pétitionnaire de la cause anti Pieds‑Noirs Guy Bedos. Du beau monde en vérité. Avec un tel aréopage nous sommes certains que la neutralité de l'enseignement ne risque rien, mais nous pouvons, en revanche nous interroger sérieusement sur la crédibilité du professeur Frémeaux.

La Ligue des Droits de l'Homme et le MRAP ou la défense hémiplégique des droits de l'homme

La LDH et le MRAP, organismes bien connus pour leur modération et leur apolitisme, exercent, comme chacun le sait, une police vigilante de la pensée. Ainsi, ils ne sauraient, à ce titre, tolérer en quoi que ce soit, une opinion qui puisse s'exprimer en faveur des aspects positifs de la colonisation. De la même manière, voilà plus de quarante‑trois ans que ces officines, proches de la gauche la plus extrême, ignorent superbement que des milliers de Harkis et de Pieds‑Noirs ont été massacrés par leurs amis du FLN. Mais sans doute ces victimes ne sont‑elles pas aussi respectables que d'autres?

L'heure de gloire de Claude Liauzu

Claude Liauzu, professeur émérite à l'université de Denis Diderot Paris VII, était jusqu'à présent pour le grand public, en tout cas, un historien plutôt confidentiel.
Il vient de passer, avec l'appui de la Ligue des Droits de l'Homme et du MRAP, en quelques semaines à peine, de l'ombre à la lumière médiatique en s'affichant comme le porte‑parole des historiens pétitionnaires « anticolonialistes », hostiles à la loi du 23 février 2005 qui menacerait selon eux la neutralité de l'enseignement. Ainsi, M. Liauzu a‑t‑il bénéficié depuis quelques semaines d'une cinquantaine d'articles dans les plus grands médias (Le Monde, La Croix, L'Humanité, Le Nouvel Observateur, France Soir, Libération...), pour ne citer que certains d'entre eux. M. Liauzu se veut le scrupuleux gardien du temple de la neutralité de l'enseignement dont il a bien évidement une conception particulière. Il semble, en revanche, nettement moins sensible à une autre menace qui nous guette, celle d'une information déséquilibrée et à sens unique. En effet une simple observation nous amène à constater qu'aucun des nombreux articles précités, qui ont fait la part belle aux thèses de M. Liauzu, n'a offert la parole, ni même laissé entendre qu'après tout il pourrait y avoir des auteurs en désaccord avec lui et ses amis. Mais cela ne semble pas ébranler M. Liauzu qui participait, il y a quelques jours à peine, sur France Culture à l'émission « Bouge dans ta tête » aux côtés de MM. Stora et Meynier, deux autres pétitionnaires de la même cause. Que l'on est bien entre soi.

Pensée unique, quand tu nous tiens...

Les Harkis récupérés

Les vrais défenseurs de la cause harkie, et ils sont nombreux au Cercle algérianiste, qui s'enorgueillit d'avoir compté comme président d'honneur la haute figure du Bachaga Boualam, n'en sont toujours pas revenus de constater que la Ligue des Droits de l'Homme s'était trouvé un nouveau cheval de bataille: la défense des Harkis. Certes, au bout de quarante‑trois ans il était temps. C'est ainsi, que quelques Harkis ont été convaincus qu'il fallait absolument signer la pétition contre la loi du 23 février 2005, initiée par ladite LDH et se sont trouvés, pour la circonstance, aux côtés d'associations de gauche et d'extrême gauche qui, jusqu'à présent, étaient plus préoccupées à défendre les porteurs de valises et les militants du FLN que les Harkis. Un exemple parmi d'autres, celui de l'historien Gilbert Meynier qui déclarait, il y a quelques semaines à peine au journal algérien El Watan que: «les Harkis n'ont été ni plus ni moins que des mercenaires ». Outre le grotesque de cette déclaration, il faut bien reconnaître que ce n'est pas avec de tels défenseurs que la cause harkie risque de faire un grand pas. Nombreux ont d'ailleurs été nos amis harkis à nous faire savoir qu'ils réprouvaient cette indigne récupération politicienne de ceux qui s'affichent sans complexe aux côtés de leurs bourreaux.

l'algérianiste