Articles

Imprimer

Lettre ouverte à Bertrand Delanoë - Inauguration de la place "Maurice Audin"

Écrit par Thierry Rolando. Associe a la categorie Communiqués de Presse

Monsieur Bertrand DELANOE
Maire de Paris

Hôtel de Ville
75196 PARIS cedex 04

La Roche sur Yon, le 1er juin 2004

Monsieur le Maire,

C'est avec une vive émotion que la communauté des Français d'Algérie, Harkis et Pieds Noirs confondus, a pris connaissance de votre initiative du 26 mai dernier relative à l'inauguration, à Paris, d'une place "Maurice AUDIN", militant du parti communiste engagé aux côtés du FLN pendant la guerre d'Algérie.

Cette initiative pour le moins discutable s'inscrit après celles récentes concernant les inaugurations respectives, dans la capitale, des rues du 17 octobre 1961, date de la manifestation du FLN à Paris et du 19 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie, qui laisse quant à elle dans l'ombre les drames de dizaines de milliers de Pieds Noirs et de Harkis massacrés après les accords d'Evian par le FLN.

Vous vous présentez, Monsieur le Maire, comme un homme d'ouverture, sensible aux drames humains.

Force est de reconnaître, cependant, que votre compassion est jusqu'à ce jour à sens unique.

Il est, en outre, particulièrement surprenant, à l'heure ou le terrorisme renaît de ses cendres avec toujours plus de force, de voir systématiquement mis en exergue et célébrer l'action du FLN et de leurs amis et ignorer superbement les milliers de victimes commis par cette organisation tristement célèbre.

A quand, Monsieur le Maire, une initiative de votre part pour commémorer le drame des Harkis ignoblement abandonnés à leur sort et massacrés par ce même FLN ?

A quand, un geste de la Mairie de Paris en faveur des milliers de Pieds Noirs assassinés et enlevés le 5 juillet 1962 à Oran ou de ceux exécutés le 26 mars 1962, rue d'Isly à Alger ?

La douleur des familles de ces victimes est toujours, quant à elle, bien réelle mais sans doute rencontre-t-elle moins de commisération de votre part.

La Fédération Nationale des Cercles Algérianistes ne peut, en conséquence, que condamner vivement le sectarisme et l'approche idéologique dont vous faites preuve dans le domaine de la mémoire de la guerre d'Algérie qui demande, bien au contraire, une écoute et une reconnaissance de toutes les victimes.

Nous attendons, donc, de votre part que vous manifestiez aussi énergiquement que vous l'avez fait pour la cause des algériens du FLN, une égale considération à vos compatriotes Français d'Algérie qui ont eu à souffrir dans leur chair et dans leur âme de cette période.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'expression de mes sentiments distingués.

Thierry ROLANDO
Président National du Cercle Algérianiste
Membre du Haut Conseil aux Rapatriés