Articles

Imprimer

Lettre ouverte à Patrick Mennucci partisan de la reconnaissance de La France dans le massacre du 17 octobre 1961 à Paris.

Écrit par CINI. Associe a la categorie Communiqués de Presse

Lettre ouverte à Monsieur Patrick MENNUCCI,
député PS des Bouches-du-Rhône et à ses 68 collègues,
partisans de la reconnaissance publique de la responsabilité
de la France dans le massacre du 17 octobre 1961, à Paris

Monsieur le Député,

Vous avez récemment déposé une proposition de loi cosignée par soixante-huit de vos collègues du groupe socialiste, visant à « reconnaître publiquement la responsabilité de la France dans le massacre causé par la répression de la police française le 17 octobre 1961 à Paris, de manifestants algériens réclamant l'indépendance de leur pays ».

Nous en prenons acte.

Toutefois, les Français d'Algérie, nombreux pourtant dans votre ville de Marseille, qui ont contribué à son essor à la suite du drame de l'arrachement à leur terre natale et à l'exode, s'étonnent aujourd'hui de votre démarche à sens unique.

Reconnaître la responsabilité de la France dans la répression de la manifestation du 17 octobre 1961, et laisser dans l'ombre cette même responsabilité dans le drame de la fusillade de la rue d'Isly à Alger, qui fit plus de quatre-vingts morts le 26 mars 1962, et dans celui de la journée du 5 juillet 1962 à Oran, qui vit des centaines de Pieds-Noirs enlevés et assassinés, relève d'une vision hémiplégique de l'Histoire.

Toutes les douleurs et tous les drames sont respectables, et les Français d'Algérie ne peuvent que se sentir blessés et injuriés par votre démarche volontairement partisane.

Nous n'osons imaginer que le martyre subi par des centaines de Pieds-Noirs au cours de ces deux journées, du fait de la responsabilité de la France, n'ait pas droit de cité dans votre esprit et dans celui de vos collègues.

L'histoire de la guerre d'Algérie, Monsieur le Député, ne s'écrit pas en noir et blanc, et il est dommage que votre compassion et votre humanisme ne s'expriment qu'à sens unique.

Veuillez agréer, Monsieur le Député, l'expression de notre considération.

Thierry Rolando
Président national du Cercle algérianiste

Cliquez ici pour télécharger au format pdf