Imprimer

Philippeville : les 1ères victimes de la grande guerre

Écrit par Albert BRASSEUR. Associe a la categorie La Grande Guerre

Le trois août mille neuf cent quatorze, l'Allemagne déclarait la guerre à la France. Philippeville, eut avec Bône, le triste privilège d'être la première cible que choisirent les Allemands. On y déplora les premières victimes Françaises de cet effroyable conflit.

Pour la défense de Philippeville, seul le fort d'El Kantara disposait de deux canons de 190 m/m, en état de fonctionnement depuis la veille, ils étaient d'ailleurs sur le point d'être désaffectés, mais la déclaration de guerre avait justifié leur remise en service.

A l'aube du quatre août, le croiseur allemand "Goeben " , un bateau de vingt-trois mille tonneaux, après être passé au large du Cap de Fer, en arborant le drapeau russe, pays allié, pour ne pas être inquiété, se présentait face au port de notre cité. Le poste de veille du Cap de Fer avait bien signalé son passage, mais ne l'avait pas identifié.

Ce navire de guerre était l'un des plus modernes de la marine allemande, long de près de cent soixante-douze mètres, disposait d'un équipage de plus de mille hommes, d'une nombreuse et puissante artillerie et de lances torpilles.

A cinq heures douze, selon un témoin oculaire dont le récit nous est parvenu à travers des cartes postales, le " Goeben " ouvrait le feu avec pour objectifs le port, la gare , la caserne de France , l'usine à gaz. Heureusement la riposte du fort d'El Kantara fut très efficace et très rapide, parmi quelques obus tirés immédiatement , l'un atteignit vraisemblablement le navire ennemi à l'arrière. Surpris par une telle riposte le " Goeben " disparut très rapidement, prenant la direction de l'île Srigina.

Cette agression, bien que de courte durée, provoqua néanmoins des dégâts conséquents :

Les militaires du régiment du Troisième Zouaves, qui avaient passé la nuit dans un hangar sur le port, dans l'intention d'embarquer pour la Métropole, furent les principales victimes, ils perdirent dix sept hommes et eurent de nombreux blessés.

La mort de quatre civils fut également à déplorer.

Il y eut aussi quelques dégâts matériels comme en témoignent ces cartes postales.

Je ne peux résister au désir de reproduire les textes figurant au dos de deux des cartes qui illustrent ce bombardement :

" Lundi 4 août à 5h 12, j'étais à peine couché sous le pont de chemin de fer, que je vis une épaisse fumée s'élever de l'usine à gaz. Je croyais le gazomètre atteint. Il n'en était rien, mais je voyais avec effroi les coups se rapprocher de l'endroit où je me trouvais. "

" Je vis tomber ou du moins je vis éclater, le projectile sur le hangar qu'il incendia. En moins de cinq minutes tout fût brûlé. "Le Goeben" qui essuyait à ce moment le feu du fort d'El Kantara, prit la direction du large. Il avait tiré cinquante coups de canon, on compta quatre-vingt tués, blessés ou disparus.

La pièce de canon numéro vingt et un, qui tira les premiers coups de canon de la riposte, fut transportée le trente septembre mille neuf cent dix neuf , au musée des Invalides à Paris ou elle est encore visible.

Un monument aux morts fut érigé à l'entrée du port, pour commémorer cet événement. A notre retour la plaque, qui ornait ce monument, fut conservée aux services historiques de l'armée de terre à Vincennes, avant d'être scellée au pied du monument des rapatriés érigé au cimetière des Gonards à Versailles.

C'est en allant me recueillir au pied de ce monument , que j'appris qu'à une certaine époque Philippeville avait été jumelée avec Versailles ! Si quelqu'un possède des informations à ce sujet, je serais très heureux d'en avoir connaissance.

Contrairement à ce que dis le texte figurant près du monument de Versailles il ne me semble pas que la plaque commémorative du bombardement de Philippeville ait été au fort du pont d'El Kantara, elle se trouvait à l'entrée du port sur le monument ci dessous.

Albert BRASSEUR

Article paru dans AFN Collections N°18 janvier 1999.

Vous souhaitez participer ?

La plupart de nos articles sont issus de notre Revue trimestrielle l'Algérianiste, cependant le Centre de Documentation des Français d'Algérie et le réseau des associations du Cercle algérianiste enrichit en permanence ce fonds grâce à vos Dons & Legs, réactions et participations.