Imprimer

La langue française en Algérie

Écrit par Yves NAZ. Associe a la categorie Primaire

 

 

 
Dans une classe de Kabylie au début du XX° siècle.
(photographie reproduite dans
« L'Algérie des souvenirs » - F Musso. Editions de la Table ronde
).

 

 La langue française
en
Algérie

 

Dans le « Figaro » du 13 novembre 1997 paraissait en page 4 un article de Thierry Oberlé, « Algérie, le français fait de la résistance ». Cet article, intéressant au demeurant, contenait une citation d'un spécialiste du dossier »

- " Durant la colonisation, seules les élites indigènes parlaient la langue de Paris. Les enfants du peuple n'avaient pas accès à l'école de la République. »

Une telle énormité défie l'évidence. Il est possible d'y opposer simplement le tableau 16 de « L'annuaire statistique de l'Algérie. Nouvelle série » publiée sous l'autorité de la république algérienne, démocratique et populaire en 1963 : 735 474 élèves musulmans étaient scolarisés (39,2 % des enfants scolarisables) en 1961. 735 474 issus des « élites »» ? Certes tous les enfants ne fréquentaient pas l'Ecole, mais qu'en est-il aujourd’hui ? Le problème de la scolarisation totale existe toujours (démographie).

Nous proposons, en outre, des documents qui prouvent que les « enfants du peuple » depuis longtemps et dans les régions les plus diverses avaient accès en Algérie à l'Ecole de la République.

 

Yves Naz

In l’Algérianiste n°81 de mars 1998

 

 

TABLEAU 16. EFFECTIFS D'ÉLÈVES DANS L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC
DE 1851 À 1961 (EN MILLIERS)

 

 

ANNÉES

 

 

(de rentrée)

 

 

EUROPÉENS

 

 

MUSULMANS

 

 

total

 

 

général

 

 

% de musulmans dans le total

 

 

général.

 

 

Total

 

 

% filles

 

 

Total

 

 

% filles

 

 

1851

 

 

10 925

 

 

1879

 

 

3 172

 

 

1892

 

 

11 500

 

 

0,96 %

 

 

1901

 

 

90 727

 

 

49,1 %

 

 

24 172

 

 

5,8 %

 

 

114 899

 

 

21,11 %

 

 

1910

 

 

112 605

 

 

 

 

39 669

 

 

7,8 %

 

 

152 274

 

 

26,0 %

 

 

1920

 

 

99 282

 

 

50,4 %

 

 

45 670

 

 

9,8 %

 

 

144 952

 

 

31,5 %

 

 

1930

 

 

115 614

 

 

50,6 %

 

 

69 256

 

 

10,5 %

 

 

184 870

 

 

37,5 %

 

 

1937

 

 

129 082

 

 

50,5 %

 

 

104 748

 

 

16,5 %

 

 

233 830

 

 

44,8 %

 

 

1945

 

 

110 817

 

 

48,1 %

 

 

129 301

 

 

22,6 %

 

 

240 118

 

 

53,8 %

 

 

1948

 

 

113 992

 

 

47,5 %

 

 

178 533

 

 

23,6 %

 

 

292 545

 

 

61,0 %

 

 

1949

 

 

114 825

 

 

48,0 %

 

 

198 678

 

 

23,8 %

 

 

313 503

 

 

63,4 %

 

 

1950

 

 

119 585

 

 

48,2 %

 

 

217 745

 

 

24,5 %

 

 

337 330

 

 

64,5 %

 

 

1951

 

 

119 484

 

 

48,2 %

 

 

234 459

 

 

25,5 %

 

 

353 943

 

 

66,2 %

 

 

1952

 

 

123 259

 

 

48,1 %

 

 

255 797

 

 

25,6 %

 

 

379 056

 

 

67,5 %

 

 

1953

 

 

126 819

 

 

48,4 %

 

 

283 808

 

 

26,0 %

 

 

410 627

 

 

69,1 %

 

 

1954

 

 

129 840

 

 

48,6 %

 

 

306 737

 

 

26,6 %

 

 

436 577

 

 

70,2 %

 

 

1955

 

 

128 188

 

 

49,0 %

 

 

294 642

 

 

29,4 %

 

 

422 830

 

 

69,7 %

 

 

1956

 

 

123 994

 

 

48,4 %

 

 

270 175

 

 

31,2 %

 

 

394 169

 

 

68,5 %

 

 

1957

 

 

124 323

 

 

48,5 %

 

 

332 043

 

 

32,6 %

 

 

456 366

 

 

72,8 %

 

 

1958

 

 

127 425

 

 

49,1 %

 

 

450 568

 

 

35,6 %

 

 

577 993

 

 

78,0 %

 

 

1959

 

 

130 959

 

 

48,3 %

 

 

593 911

 

 

37,3 %

 

 

724 870

 

 

81,9 %

 

 

1960

 

 

129 699

 

 

48,4 %

 

 

695 013

 

 

37,2 %

 

 

824 712

 

 

84,2 %

 

 

1961
*sans c.e.g.

 

 

109 300

 

 

46,5 %

 

 

735 474

 

 

37,0 %

 

 

844 774

 

 

87,1 %

 

(d'après I, An, p. 55)