Imprimer

Colonel Vincent Yves BOUTIN (1772-1815)

Écrit par François VERNET. Associe a la categorie Militaires

Colonel du Génie

Nous n'avons aucun portrait de lui. Nous ignorons son signalement. Il n'a pas brillé dans les charges de cavalerie du 1er Empire. Paris lui a cependant consacré une ruelle du côté de la Glacière. Nantes et Alger lui ont consacré une rue. A Dely-lbrahim près d'Alger, on pouvait voir un monument portant son nom. Un village de l' Oranais, près de Sidi-bel-Abbès s'appelait Boutin. A Alger le musée Franchet-d'Esperey exposait ses épaulettes, sa croix, sa cocarde. Qui était Vincent-Yves Boutin? 
C'était un Breton né au Loroux-Bottereau le 1er janvier 1772 (deux ans et demi de moins que Napoléon) Son père était le maréchal-ferrant du village, sa mère Perrine Guillet une simple paysanne. Il a 4 frères: deux travaillent a la forge, un autre est boulanger, un autre est marin. Il a également une sœur. 
Vincent est le " savant ". Élève studieux à l'école du village, il est envoyé au collège de Nantes où il devient le disciple de Joseph Fouché, le futur duc d Otrante, alors professeur. Ses camarades de classe sont Cambronne, le futur héros de Waterloo, et un nommé Foucher (qui deviendra le beau-père de Victor Hugo). 
Le jeune Boutin est doué pour les mathématiques. Aussi, en 1791 il part pour Paris avec Foucher pour y préparer l'école du Génie militaire de Mézières En 1 792 la guerre éclate. 
Le 10 août Boutin et Foucher assistent à la prise des Tuileries et au massacre des Suisses. Ils s'enthousiasment pour la République et lui prêtent serment dès sa proclamation. 
Tous ces événements n'empêchent pas Boutin de travailler dur. En août 93, il a absorbé le cours de mathématiques, le traité de mécanique et de dynamique. De plus il dessine avec goût et précision. 
Aussi est-il admis haut la main à l'école du Génie le 17 septembre 93. 
Là il passe un examen de civisme et un sur la Constitution. Au sein de I'Ecole il règne une certaine pagaille due aux opinions politiques des uns et es autres. 
Le jeune Boutin connaît alors un drame. Son père, maire de sa commune, et son frère sont assassinés par les royalistes. Quoi qu'il en soit Boutin part aux armées 12 mois après être entré à I école. Le voici sous-lieutenant du génie. 
Avec ses camarades il gagne le corps d' investissement de Maastricht. Il y approche une quantité de grands chefs (Kléber, Ney, Duhesme et tant d'autres) 
Le 18 octobre il est blessé au genou gauche par une balle autrichienne. On l'envoie se reposer mais son chef, Chasseloup, l'estime déjà et ne l'oubliera pas. 
L'énumération détaillée des faits et gestes de Boutin importe peu. Ce qu'il faut savoir par contre c'est que ce Breton a une belle âme, qu'il est un soldat fin et réfléchi, qu'il est à la fois amoureux de l'aventure et virtuose du coup dur. 
Le 21 mars 1795 il est nommé capitaine au Quesnay. Jusqu'à la fin 1797 il s'y dépensera sans se ménager pour remettre la place en état. Pendant ce temps le frère de Boutin, le marin, meurt au service en Amérique, un autre est tué aux frontières et sa mère meurt de chagrin. 
En 1798, c'est l'époque des grandes folies du Directoire. Notre République est en guerre, de la Hollande au golfe de Tarente. Suivre Boutin dans tous ses déplacements exigerait un long ouvrage. 
En cet été de 1799, la France évite de justesse une catastrophe. Heureusement Bonaparte revient d'Égypte et renverse la situation. Le Génie est soumis à une rude épreuve: les chemins, les cols, les rivières, les fortifications, il faut être partout et travailler sans relâche, défensivement et offensivement. Boutin comprend qu'avec ce " diable de Bonaparte " la guerre a changé de forme. Aux marches indécises ont succédé les manœuvres menées tambour battant. Les ordres sont sans réplique et le dévouement de Boutin est alors acquis totalement à Bonaparte. 
L'hallali se termine par la paix de Lunéville. Les survivants de la famille Boutin (1 frère et 1 sœur) écrivent au ministre pour savoir s'il est toujours de ce monde. Mais Boutin est à son poste ! Il semble avoir fait sienne la devise du maréchal de Saxe " L'homme qui se voue à la guerre doit la regarder comme un ordre dans lequel il entre. Il ne doit avoir ni connaître d'autre domicile que sa troupe et doit se tenir honoré de son emploi ". 
Boutin, en vrai soldat reste à son poste, loin des plaisirs frelatés de Paris, loin de sa famille dont il est pourtant l'unique espoir. D'ailleurs l'Italie, où il est en ce début de XlXe siècle, est un magnifique pays où il fait bon vivre. Boutin mène une existence agréable. Murat le nomme commandant temporaire du Génie à Pizzighettone, toujours sous les ordres de Chasseloup. 
Comme il a servi successivement, durant sa carrière, comme sapeur, diplomate et agent de renseignement on a tendance à négliger toute son œuvre d'officier-ingénieur. Les mémoires et les plans établis par Boutin en Italie ont été retrouvés par le comte Chasseloup-Laubat dans les archives de son ancêtre. 
Laissons donc Boutin en Italie où il écrit: "L'Adda est la meilleure ligne pour la défense du Milanais et du Piémont. C'est donc là qu'il faut réunir tous les moyens et faire les plus grands et derniers efforts car la prise de la capitale d'un État entraîne tant de malheurs et d'inconvénients qu'il faut tout faire pour la prévenir ". 
Aussi Boutin travaille-t-il comme un forcené pour éviter les erreurs commises par les ingénieurs autrichiens, erreurs qui profitent aux Français. Boutin est muté en Batavie en janvier 1804. En rejoignant son poste il s'arrête à Paris. La capitale est frémissante encore de l'exécution du duc d'Enghien, des complots de Pichegru et de Cadoudal. Il en profite pour rendre visite à son ancien professeur Joseph Fouché et lui demande de faire valider sa promotion au grade de commandant. Il reçoit... une promesse. 
Boutin travaille au camp de Zeist où l'on prépare le débarquement en Angleterre. 
Le 29 juillet 1805 il est prêt, avec toute l'armée. 
Le 31 août il est en route vers le Rhin ! Napoléon a fait faire volte-face à tous ses soldats pour marcher contre les Autrichiens et les Russes qui nous ont attaqués: Mayence, Wurzbourg, le Danube. Le 15 octobre 1805 il est devant Ulm où le général autrichien Mack s'est laissé enfermer. Boutin contribue par ses travaux à la capitulation de l'armée autrichienne. 
Il n'assistera pas à Austerlitz car il est avec le corps de Marmont chargé de garder et protéger le flanc droit de la Grande Armée. 
Et puis voici Boutin à Trieste, puis à Caporetto. En mai 1806 il est sur le chemin de Byzance. Il a 34 ans et de grandes connaissances. 
Avec l'Empereur Napoléon, les Français voyagent ! Quelle est la situation en Europe à cette époque ? Napoléon poursuit la réalisation de ce qui semble être son rêve, une sorte d'unité européenne régie par la France, et dont le centre de gravité serait la Méditerranée. Mais l'Anglais est maître sur l'eau, le Russe lorgne Constantinople, le Turc agonise L'lstrie et la Dalmatie font partie du royaume d'Italie, vassal de la France mais la Croatie demeure autrichienne et les Russes occupent Corfou (la rivale de Malte, dit-on alors). 
Aussi trouve-t-on Boutin, comme par hasard, à Raguse (Dubrovnik) Il est pris par les Russes qui le gardent prisonnier pendant deux mois mais il est libéré lors d'un échange de captifs Aussitôt libre il gagne Constantinople où le général Sébastiani, ambassadeur près de la Sublime Porte, l'a demandé ainsi d'ailleurs que d'autres officiers. 
En Turquie la situation est grave. La Russie n'est pas loin d'occuper les détroits et d'avoir accès à la Méditerranée, bref de reconstituer l'Empire d'Orient à son profit. Aussi La Porte déclare-t-elle la guerre à la Russie, laquelle est menacée par Napoléon qui a son quartier général à Varsovie. 
Le 1er janvier 1807, Boutin et d'autres officiers s'enfoncent vers l' Est: pas de routes, des pachas hostiles (I'un d'eux les garde 4 jours prisonniers): Botna-Seraï, Novi-Bazar, Sétès etc. puis reviennent vers la Méditerranée. Sébastiani de son côté a enfin persuadé le Sultan de se défendre contre les Anglais. 
C'est Boutin qui établit les retranchements, les ouvrages fortifiés, qui dresse les plans. Tout le monde travaille: hommes, femmes, enfants. Lorsque l'amiral Anglais Duckworth vient sommer Andrinople de se rendre, Boutin monte sur le parapet et d'un geste large de son épée montre les défenses et crie: " Il n'y a pour vous pas un pouce de terrain pour débarquer "! 
En effet Boutin a installé en 5 Jours: 200 canons et 69 mortiers sur les tours, sur la côte de droite 200 canons et 12 mortiers, en face du canal 84 canons et 15 mortiers, sur la côte d'Asie 94 canons et 14 mortiers. 
Duckworth tente une canonnade mais subit des pertes et se retire. 
Le Sultan vient remercier Boutin et lui remet de l'or, ce qui gêne particulièrement notre Nantais ! Contre les Russes le Sultan envoie ses Janissaires sur le Danube. Boutin pour l'occasion se vêt à la turque. En fait c'est lui qui dirige le camp ottoman qui ressemble plus à un bazar qu'à une armée. C'est un inexprimable désordre oriental. Boutin s'épuise à essayer d'inculquer aux Turcs un semblant d'organisation, mais en vain. 
Le 31 mai, une révolte des Janissaires coûte la vie à 17 pachas et place l'armée d'lbrahim à deux doigts de sa perte ! Heureusement pour les Turcs la victoire française de Friedland et le traité de Tilsitt avec le Tsar auront pour conséquence la conclusion, le 21 août 1807, de l'armistice de Slobodjié. 
Le Grand Turc récompense Boutin par l'ordre du Croissant d'Or.

En novembre 1807 Boutin repart vers Paris. 
Le 28 décembre 1807, Boutin est -enfin- nommé chef de bataillon. Il est nommé également chevalier de la Légion d'honneur le 15 janvier 1808. On lui paye l'arriéré de sa solde ce qui lui permet de visiter sa famille à Nantes. A son retour à Paris il veut partir pour I'Espagne mais l'Empereur, alors à Bayonne, a pour lui d'autres projets. On trouve dans la correspondance de Napoléon (volume XVII, n° 13760) une lettre d'une importance extrême.

Bayonne, le 18 avril 1808

Monsieur Decrès,

Méditez l'Expédition d'Alger, tant sous le point de vue de mer que sous celui de terre. Un pied sur cette Afrique donnera à penser à l'Angleterre. Y a-t-il sur cette côte un port où une escadre soit à l'abri d'une force supérieure ? Quels seraient les ports par où l'armée, une fois débarquée, pourrait être ravitaillée . etc. 
Après avoir étudié l'expédition d'Alger, étudiez celle de Tunis. Écrivez-en confidentiellement à Gantheaume qui, avant de venir à Paris peut prendre des renseignements, etc. 
Je ne vous demande une réponse que dans un mois; mais, pendant ce temps, recueillez des matériaux tels qu'il n'y ait pas de " mais ", de " si ", de "car ". Envoyez un de vos ingénieurs discrets sur un brick, qui puisse causer avec le sieur de Thainville; mais il faut que ce soit un homme de tact et de talent. Il faudrait que cet ingénieur fût un peu officier de marine et un peu ingénieur de terre. Il faut qu'il se promène lui-même en dedans et en dehors des murs et que, rentré chez lui, il écrive ses observations, afin qu'il ne nous rapporte pas des rêveries. 
Vous pourriez même vous concerter avec Sanson pour avoir un homme capable.Vous devez trouver des renseignements dans les archives des relations extérieures et de la guerre.

Napoléon 1er

Boutin est désigné pour cette mission à la fois par Clarke, Decrès et Sanson. Il est mis à la disposition de la Marine le 30 avril, part le 3 mai, arrive à Toulon le 7. Le 8 au matin il met son sac à bord du brick " Le Requin " qui appareille le soir même.

Voilà Boutin agent secret ! 
Officiellement il va chez les Barbaresques pour visiter son " cousin " Monsieur Thainville notre consul à Alger. Bien entendu il porte des vêtements civils. Mais la mer est "pourrie d'Anglais ". 
Le 9 mai le " Requin " est pris en chasse par un brick anglais, The Wizard (le sorcier) qui est plus rapide. 
Le combat s'engage. O surprise ! Boutin, " l'éléphant du bord" ! (c'est ainsi que les marins nomment les civils qui sont sur le navire) pointe les canons, brise les mâts de l'Anglais et reçoit même une légère blessure Le " Wizard " ne se doute pas qu'il vient de laisser échapper un des pires ennemis de son pays ! Le " Requin " déroute par la force des choses, relâche à Tunis où Boutin rencontre le consul Devoize. 
Le 24 le brick jette l'ancre à Alger où le Nantais et son " cher cousin " Thainville tombent dans les bras 1'un de l'autre 
La mission de Boutin est scabreuse et très dangereuse. Le dey turc ne gouverne que nominalement. Il est pris entre la puissance de la garde janissaire qui fait et défait ( on assassine beaucoup!) les deys et la puissance financière de quelques juifs qui tiennent les finances de la Régence. L'or anglais fait des ravages dans les consciences On monnaye les concessions de trafic du corail. On surveille étroitement tous les non-musulmans. Il vaut mieux ne pas être pris là où on ne doit pas se trouver. Les chrétiens sont l'objet " d'attentions particulières ". 
Boutin commence par fouiller les archives du Consulat et prend des notes. 
Puis il se " promène " le long de la côte. 
La police écrit au Consul . " Les Francs ne doivent pas être à cet endroit ". Premier avertissement ! 
Le lendemain le Nantais se sent bizarrement une furieuse envie d'aller à la pêche. Il part vers le cap Matifou 
"Le fort est un octogone à peu près régulier ayant trois embrasures et trois pièces sur chaque face exceptée celle du côté de la porte du fort où il n 'y en a qu 'une. " 
Boutin se penche sur le fossé et le juge sans valeur défensive. 
"...d'ailleurs le cap Matifou est trop éloigné du lieu de la scène pour mériter une descente. Le mieux serait de le faire attaquer par deux ou trois bâtiments qui en auraient bientôt raison car sa forme circulaire rend nulle la moitié de son artillerie... " 
Avec une ligne plombée Boutin mesure la profondeur de la mer. 
La police menace: " Si vous recommencez, le janissaire du consulat sera enterré vivant " (ce dernier avait accompagné Boutin lors de sa partie de " pêche "). 
Aussi Boutin pour ne pas risquer la vie du malheureux Chaouch décide de sortir seul. Évidemment il ne passe pas inaperçu !
" -Le fort de l'Eau, petit, n'ayant que quatre embrasures du côté de la mer.
-Le fort neuf de Barbasson (Bab-Azoun ?) reconstruit par l'ancien dey porte 36 embrasures.
Ce dernier fort, écrit Boutin, doit être amusé et non attaqué sérieusement par mer car les vaisseaux pourraient souffrir sans rien faire de bien utile ". 
Il conclut que " pour prendre Alger par la terre il faut être maître du Fort l'Empereur qui domine toutes les autres fortifications. C'est donc là qu'il faut attaquer (1)
Le Nantais visite et étudie successivement toutes les défenses: forts de la Marine, fort des vingt-quatre heures, fort des Anglais, fort de la pointe Pescade, batteries du front de mer (2)
Boutin compte les vaisseaux, parcourt les enceintes flanquées de vieilles tours dont les fossés sont à sec, frôle la Casbah, parcourt la Mitidja à la recherche d'un point de débarquement. 
Il évalue, à l'estime, la population de l'Algérie à 3 000 000 (3) et celle d'Alger à 73 000 (mais seulement 30 000 en 1830). A Alger la population avait été décimée par les épidémies de peste en 1740, 1752, 1787, 1798 et par le tremblement de terre de 1755. 
Les revenus de la piraterie sont devenus faibles. Il y a moins d'esclaves mais le prix de la rançon en a quintuplé.

boutin-carteA Sidi-Ferruch, Boutin a une sorte de révélation. C'est là qu'il faut débarquer ! Son rapport est d'une imperturbable logique: pente d'accès douce, rivage accessible, fond sablonneux. 
Il ne peut aller jusqu'au bout de la pointe car le gardien du tombeau qui s'y trouve placé interdit le passage de ce lieu sacré à un non-musulman (4)
En tout cas, là, pas de fortifications, pas de batteries, pas de hauteurs à gravir. La troupe débarquée peut s'y réunir en masse, avant de subir la moindre attaque. Boutin ajoute que < toutes les tentatives de débarquement qui ont précédé ont échoué dans la rade. Les Turcs ne manqueraient pas de dire: " On voit bien que ce sont des Français, ils ne s'y prennent pas comme les autres. Et ils sont superstitieux... ! "     Le soir, de retour au consulat, Boutin met à jour ses notes dans un carnet minuscule. Les croquis sont consignés avec soin. Tous les autres documents peuvent disparaître pourvu que le carnet reste. De plus la mémoire de Boutin est prodigieuse. 
Inutile d'ajouter que le pseudocousin Thainville est rongé par l'angoisse. Il redoute les pires catastrophes lorsque le Nantais a un léger retard. Enfin viennent le jour et l'heure du départ. 
Le 17 juillet les deux hommes se disent adieu à l'échelle du " Requin " qui met le cap sur Nice. 
Devant Ajaccio, le 26 juillet, une voile en vue. C'est une frégate anglaise plus rapide et mieux armée que le brick. Après la capture du navire, voici Boutin prisonnier des Anglais. Mais il a jeté tous ses documents à la mer. Tous, sauf le précieux carnet qu'il a réussi à dissimuler ! 
L'Anglais passe par la Maddalena (Nord de la Sardaigne) et arrive à Malte le 14 août. Boutin est enragé ! Il sait que les renseignements sont attendus en France avant l'automne. 
Avant de prêter serment de ne pas chercher à s'enfuir, Boutin s'échappe dans le maquis maltais où il va vivre en sauvage. 
Le 31 août il vole des vêtements se déguise en marin de Raguse, se fait embaucher, sous le nom de Nicolo, sur le petit bateau d'un nommé Pozzo, qui quitte Malte pour Constantinople. 
Le 2 octobre, après être passé par Délos et Smyrne, il est à nouveau devant la Corne d'Or, à Constantinople. 
Le 4 novembre voici Boutin à Paris chez le ministre Decrès: " La route que j'ai prise n'était pas la plus courte, dit-il, mais c'était la plus sûre ". Grâce à son petit carnet Boutin rédige un volumineux rapport: 
Reconnaissance de la ville et des forts d'Alger. Le rapport contient de nombreuses cartes et des croquis, la description des forts, I'emplacement des batteries, I'état des forces terrestres et maritimes (5) du dey, des notes sur les ressources du pays en vivres, en bois, en eau, sur la météorologie, les maladies à craindre, les ravages des sauterelles. 
Il étudie aussi les mœurs, les revenus du dey, le prix des journées de travail et des denrées, les poids mesures, monnaies. Il décrit les itinéraires partant d'Alger dans la direction des autres villes.
 
Son rapport se termine sur des conseils aux chefs du futur corps expéditionnaire: célérité, vigueur, unité de commandement (6).

Vingt et un ans plus tard le plan d' attaque d'Alger sera exécuté par le général de Bourmont et la France suivra longtemps ces préceptes de colonisation. 
Et Boutin n'était resté à Alger que 53 jours

On paie à Boutin tout ce qu'on lui doit car il n a plus un sou vaillant et le mardi 21 février 1809 il est reçu aux Tuileries par l'Empereur. 
L'accueil est très cordial et Napoléon confie à Boutin une autre mission: fournir des renseignements sur les rapports des deys et du sultan du Maroc avec l'Angleterre. 
Boutin s'installe rue de Richelieu et quelques jours après il remet les résultats de ses réflexions. L'Empereur apprécie, mais il est très préoccupé par les affaires d'Espagne et par l'attitude agressive de l'Autriche qui a reconstitué son armée et a reçu de I'Angleterre 100 millions, la promesse de l'appui de sa flotte et d'un débarquement de diversion. 
Le 10 avril l'archiduc autrichien Charles entre en Bavière. C'est la guerre. Les Autrichiens seront taillés en pièces à Essling et surtout à Wagram mais les pertes françaises seront lourdes. 
Et Boutin ? Il arrive après Essling mais assez tôt pour établir les ponts sur le Danube: " Le plus beau travail fait depuis les Romains " dira Napoléon ! Ces ponts permettront le passage des troupes de l'île Lobau et assureront la victoire de Wagram. 
Comme les travaux ont duré un certain temps Boutin, lors de ses rares moments de repos, visite Vienne toute proche et va à l'opéra entendre " La flûte enchantée ". 
Lors de la bataille de Wagram il est blessé d'un biscaïen à la cuisse gauche. 
En 1810 Boutin est en Hongrie, puis il part pour Ostende, Nieuport, Ypres. 
Le 15 juillet 1810 un ordre de Napoléon le rappelle à Paris. 
Entre temps le ministre de la Guerre Clarke a reçu une lettre de l'Empereur (7), Boutin est nommé colonel le 2 août 1810. 
Le 14 octobre Clarke reçoit une deuxième lettre de Napoléon 
(8) manifestement mécontent. 
Pour des raisons que nous ignorons Boutin ne quitte la France qu'en novembre 1810 pour Naples, Corfou Athènes. Sa mission est officiellement aller en Égypte annoncer la naissance du Roi de Rome. Pour tout le monde il est un archéologue, un spécialiste de l'égyptologie.
 
Fin mai 1811 il débarque à Alexandrie et quelques jours plus tard il est reçu au Gire par Méhémet Alii. Il promet au nom de l'Empereur aides ressources et blé. En même temps, il prend contact avec d'anciens soldats français restés en Égypte après l'évacuatlon. Tous, ou presque, sont prêts a servir de nouveau. 
En fait Boutin ne trompe pas le colonel anglais Misset, prétendument agent commercial, en réalité agent secret. 
Boutin s'enfonce en Haute Égypte pour effectuer des fouilles à Thèbes et dans la Vallée des Rois. Il lui faut bien justifier sa présence ! En même temps qu' il recueille des statuettes et des papyrus, le Nantais prend des notes sur les forces militaires. Il franchit la mer Rouge, passe en Arabie et revient à Alexandrie où il est invité à une grande fête par Misset. 
Ce soir-là il est placé à table à côte d'une superbe femme élégante spirituelle, étrange, énigmatique: Sa grâce Lady Hester Stanhope (9) fille de Lord Chatham et nièce de William Pitt 
La mission de Boutin se prolonge mystérieusement. Lui a-t-on envoyé de nouvelles instructions ? L'a-t-on oublié ? On a la trace de versements effectués par l'ambassade en 1813 et dans une lettre de lui datée du Caire du 14 décembre 1813 il évoque la peste en Syrie et à Damas.
 
Cette période de la vie de Boutin est assez mystérieuse. Une chose est certaine: Boutin et Lady Stanhope ont vécu un certain temps sous le même toit, au moins jusqu'au 6 avril 1814 (c'est Paule Henry-Bordeaux qui l'affirme documents à l'appui) Boutin en tout cas est à Alep en juin juillet, août 1814. Y a-t-il eu une liaison entre Boutin et Lady Stanhope personne ne le sait. Une correspondance publiée en 1824 dans le Mercure de France semble montrer une grande intimité. Mais il ne semble pas cependant que Boutin se soit laissé séduire longtemps par celle que Lamartine appelle " La Circé du Désert ". Peut-être s'est-il aperçu qu'il avait affaire à une névrosée. 
Alors que Napoléon débarque au golfe Juan pour vivre l'épopée des Cent Jours, Boutin qui parcourt le Taurus et l'Anti-Taurus est assassiné près d'EI-Blatta, entre Alep et Lattakieh. 
Lady Stanhope fait procéder à une enquête, trouve les coupables, revêt un costume oriental, embauche une escorte étincelante, entre chez le Pacha d'Acre et jette une paire de pistolets à ses pieds: 
" Je t'arme mon chevalier car j'ai à me plaindre des Hashashins ". 
Le Pacha, assez surpris, envoya tout de même une expédition punitive: 52 villages anéantis et 300 hommes massacrés, mais on ne retrouva pas le corps de Boutin. 
En 1817 Joseph Boutin, boulanger à Nantes reçut une lettre de Lady Stanhope: 
"Je vois toujours les choses en grand, et l'amitié que j'ai toujours portée à votre Nation, et l'admiration que m'a inspirée un homme qui avait toute 1a vertu et 1a fermeté d'un Romain, les talents et l'honneur d'un Français ".
 

FRANÇOIS VERNET
 

1. Rapport de Boutin à Decrès.
2. Voir la carte. Tous ces noms sont familiers aux Algérois.
3. Nombre probablement excessif. Encore aurait-il fallu fixer les limites territoriales du pays.
4. Les biographes de Boutin affirment que contrairement à la légende le Nantais ne s'est jamais déguisé en Arabe en Algérie.
5. 60 000 hommes, 3 frégates, 7 chebeks, 3 polacres, 10 chaloupes-canonnières pontées
6. "Une fois maître d'Alger, on ne pourra être trop attentif à établir une police sévère mais juste avec les habitants". 
"Respecter les mosquées, les femmes, les jardins ou maisons de campagne et surtout payer exactement, sont des articles de rigueur; la violation d'un seul pourrait entraîner de grands malheurs" 
 
"Quant à l'intérieur du pays, dans la direction du Sud, il faut songer à y pénétrer bien plus par la persuasion que par la force. C'est surtout l'affaire du temps et nous devons espérer de résultats qu'en nous faisant aimer sur le littoral. Il faut que les gens qui viendront aux marchés et dans les ports soient pour ainsi dire nos précurseurs et nos avocats dans leurs tribus. En brusquant, en violentant, nous travaillerons contre nous-mêmes".
7. Ordre à Clarke:
Saint-Cloud, 30 juin 1810. 
Le chef de bataillon Boutin a déjà été envoyé du côté de Tunis et d'Alger et a fait des rapports sur la situation de ces places. Je désire que vous l'expédiez encore cette fois, soit pour Tunis, soit pour Alexandrie. Concertez avec lui le prétexte à donner à son voyage et qu'il puisse en rapporter lavraie situation d'Alexandrie, du Caire, de Damiette, de Saleyeh, d'El-Arych, de Gaza, de Jaffa, de Saint-Jean d'Acre. Il pourrait effectuer son retour par Tripoli et Smyrne. En passant, il prendra des renseignements sur tous ces points. Il pourrait se faire donner par legénéral Bertrand des notes de tous les points fortifiés de notre temps pour vérifier dans quel état ils sont aujourd'hui. Il prendrait note des forces qui gardent  lepays et enfin remettrait tous les renseignements militaires et civils "

Napoléon 1er

8. " Je croyais l'officier du Génie Boutin parti pour l'Égypte et 1a Syrie. Les détails ne me regardent pas. Qu'il se rende soit à Otrante, soit à Ancone: qu' il masque sa mission comme i1 l'entendra, mais qu'il la fasse; qu' il passe tout l' hiver et une partie de l'été prochain en Égypte et en Syrie de manière à pouvoir ensuite rendre compte de lasituation politique et militaire de ces pays. Recommandez-lui de voir lacitadelle du Caire, celles d'Alexandrie, Damiette, Saint-Jean-d'Acre; Alep, Damas, Alexandrette sont compris dans sa mission. 
Levez tous les obstacles et ne m'en parlez plus ".

Napoléon 1er

9. Il y a plusieurs façons de considérer Lady Stanhope 
Pour un poète, c'est une femme éprise de romantisme et d'absolu. Pour un psychiatre elle semble plutôt une détraquée éprise d'exotisme. Son père était un excentrique et la vie d'une jeune fille de la haute aristocratie anglaise ne devait pas être très amusante. 
De là à partir pour l'Orient il y avait un gouffre que Lady Stanhope franchit allègrement après la perte de l'homme qu'elle adorait. La voici en Égypte en 1810 (elle restera au Levant jusqu'à sa mort en 1839) Elle passe du non-conformisme à la folie : elle vit dans un quartier pouilleux de Damas, puis se lance vers Palmyre et petit à petit se croit appelée à jouer un rôle chez les bédouins dont elle s'imagine être la reine. On la retrouve à Djoun, puis à Ascalon (1816) où elle renie ses origines. Ruinée, aigrie, entourée de quelques européens illuminés ou mystiques, elle reçoit cependant des voyageurs qui sollicitent la faveur de la rencontrer, Lamartine entre autres. Elle mourra complètement folle.
 

 

    in l'Algérianiste n° 76 de décembre 1996 p.18

 

Vous souhaitez participer ?

La plupart de nos articles sont issus de notre Revue trimestrielle l'Algérianiste, cependant le Centre de Documentation des Français d'Algérie et le réseau des associations du Cercle algérianiste enrichit en permanence ce fonds grâce à vos Dons & Legs, réactions et participations.