Imprimer

Augustin FERRANDO (1880-1957)

Écrit par Mario FAIVRE. Associe a la categorie Artistes célèbres

 


L'oued Bou Hanifia (1950).

 

C'est avec l'émotion de souvenirs vivants et chers que ma pensée se rapproche de ma jeunesse où Augustin Ferrando, malgré la très grande différence d'âge, fut un ami très proche.

Augustin Ferrando et mon père Marcello-Fabri (Marcel Faivre), sont nés tous deux à Miliana, contre cette montagne du Zaccar abrupte, superbe et " passionnaire ", comme ils furent tous deux. Malgré une différence d'âge de neuf années ils furent liés toute leur vie par une amitié fraternelle. Peut-être encore davantage que leurs caractères voisins, leur amour absolu et intransigeant de l'art les unissait.

Augustin Ferrando a été un grand peintre, imprégnant sa forte personnalité sur plus d'un demi-siècle cependant si riche en différentes écoles.

Que ce soit dans ses paysages, ses portraits, ses personnages, ses natures mortes, ses scènes orientalistes (je dirais plutôt algérianistes), dès le premier contact apparaît l'évidence c'est un Ferrando. Richesse de l'inspiration, des coloris, de la forme ; une immense chaleur humaine éclate à la vue de ses oeuvres, transmutation d'un caractère d'exception.

Dès mes premières années, assistant souvent à ses longs entretiens avec mon père, je connaissais sa fougue, son enthousiasme, sa rigueur aussi, son humeur ardente, où dominait son coeur immense. Etant adolescent je le connus encore mieux par de longues conversations. J'étais aussi un témoin de sa vie, car il fit souvent, avec son épouse et sa fille Paulette, de longs séjours chez nous. Impitoyable pour la médiocrité de certains, sa bonté irradiait, dépassait son caractère ardent. Je comprenais la forte amitié qui le liait à mon père, leur souffrance commune à constater l'opposition constante de leur idéal et des réalités.

Extrême sensibilité du créateur, de l'artiste, confronté à la vie. Mais jamais de doute, ce qui me semblait assez paradoxal. Peine profonde souvent, qui préludait à la création.

A Ferrando2 Marcello fabriSous des dehors quelquefois soupe au lait, Augustin Ferrando était d'une générosité extrême, allant jusqu'au donquichottisme, dans un désintéressement absolu, archangélique. Cet esthète respectait la vie de ceux qui n'ont pas de défense. Un après-midi, au cours d'une promenade avec d'autres amis, une dame frappa de son ombrelle une musaraigne, sans doute blessée puisqu'elle ne se sauvait pas. Ferrando l'invectiva, la foudroya : " Que vous a fait cette bête ? elle est meilleure que vous. Comment osez vous ? Vous êtes aussi stupide que méchante ".

L'émotion la plus intense qu'il ressentait venait de l'art. Une autre fois, nous écoutions un disque, l'un des derniers quatuors de Beethoven. Ferrando était assis, la tête dans ses mains. Entre ses doigts je vis des larmes qui coulaient. Nous n'échangeâmes aucune parole, mais je m'aperçus alors que le personnage auquel je l'avais toujours inconsciemment comparé, celui dont il me semblait le plus proche, était Beethoven, l'immense artiste, l'infinie bonté.

Ce n'est pas de la cendre que je remue ici, en cette courte évocation d'Augustin Ferrando, mais la vie chaleureuse et fertile qui était en lui, que son oeuvre continuera.

MARIO FAIVRE

In l'Algériansite n° 75 de septembre 1996

Dans l'ouvrage " Des chemins et des hommes " d'A.M. Briat, J. de La Hogue, A. Appel et M. Baroli, (Éditions Harriet), on peut lire à la page 97 :

FERRANDO AUGUSTIN
(Miliana 1880 - 1957). Peintre. Il fait ses études à l'école des Beaux-Arts d'Alger et se fixe par la suite à Oran où il sera pendant quelques années directeur des Beaux-Arts. De tendance fauve, il expose avec succès dans les salons de l'Afrique du Nord et de l'étranger.

ŒUVRES
Musée d'Alger: Baie dHussein-Dey.

Bibliographie
BARRUCAND V : L'Algérie et les peintres orientalistes, Arthaud, Grenoble, 1930.
VUILLEMOT GUSTAVE : rétrospective de l'oeuvre ; musée d'Autun - 1977, catalogue de l'œuvre

Vous souhaitez participer ?

La plupart de nos articles sont issus de notre Revue trimestrielle l'Algérianiste, cependant le Centre de Documentation des Français d'Algérie et le réseau des associations du Cercle algérianiste enrichit en permanence ce fonds grâce à vos Dons & Legs, réactions et participations.