Imprimer

Charles BROUTY (1897 - 1984)

Écrit par Francine DESSAIGNE. Associe a la categorie Artistes célèbres

  "Mémoire d'un homme" écrivait Janine de La Hogue en introduction de mon étude biographique parue en 1987 (1). Mémoire d'un peuple disparu, d'une terre effacée, dirais-je plutôt aujourd'hui. Mémoire aussi d'une époque heureuse, et c'est bien l'un des paradoxes de cet homme original et secret qui, au moment des drames de la fin n'a jamais pris parti, ni dit ce qu'il en pensait, de nous restituer le mieux les plus belles années de l'Algérie française. ll ne le fait pas grâce aux portraits des nombreux peintres et écrivains algérois ou venus de métropole qui composaient, dans les années trente, le remarquable ferment intellectuel dans lequel il évoluait, mais par ceux des êtres simples, aux différences indiscernables, côtoyés dans le quotidien ordinaire des quartiers populaires.Terre effacée, I'Algérie française, œuvre unique dans l'histoire des puissances européennes, mélange de nécessité économique et de mission civilisatrice, paraissait à tous naturelle, voire souhaitable. Pourquoi unique, parce qu'en dépit des erreurs inévitables de toute longue et ambitieuse entreprise humaine, elle avait offert la paix à un pays ravagé de toute éternité par les passions et ­pour reprendre un terme à la mode­ une cohabitation heureuse aux hommes si divers qui y vivaient. Cette cohabitation jaillit de l'œuvre de Brouty.

    Peuple disparu dont il ne resterait rien sans lui qui a vécu à Alger de 1922 à 1962, I'œil aux aguets et un crayon à la main. Il n'était pas un " Orientaliste ", auteur de grandes toiles colorées; nous découvrons aujourd'hui qu'il représente beaucoup plus qu'un plaisir esthétique. Ses petits dessins nerveux, ses aquarelles légères ont piégé la vie autour de lui. Pas n'importe quelle vie: celle du petit peuple de Bab-el-Oued et de la Kasbah. Curieux pouvoir du présent sur les mots ! Bab-el-Oued était un quartier européen et la Kasbah musulmane; lourd de la dramatique cassure et des drames qui en ont découlé, le présent obligerait à l'emploi du pluriel. Le singulier est venu tout naturellement du lointain souvenir d'une osmose, bien réelle, dans ce petit peuple, entre des êtres simples, n'ayant pas encore appris qu'ils devaient se hair. Ils administraient alors " la preuve de ce que l'on peut fondre les hommes en une communauté vivante et fraternelle, quand les esprits et les cœurs ne sont pas empoisonnés  par la haine raciale et l'intolérance religieuse. " (2)

brouty4-portrait-crayonnoirLa vie de Brouty en est la preuve. Il n'a pas observé de l'extérieur ce peuple disparu. Sa sympathie, sa cordialité instinctive, sa facilité quasi magique de contact lui ont permis de s'y intégrer. L'artiste " patos ", si différent d'eux, avec son crâne lisse, ses sourcils dessinés, ses chemises à carreaux, ses poches bourrées de carnets à croquis, qui ne parlait pas l'arabe, a été adopté et aimé. Sans lui aussi qui se souviendrait aujourd'hui des Gitans au particularisme farouche qui vivaient tout en haut de la Kasbah, près de la prison civile et à Maison-Carrée ? Il a vécu quelque temps avec eux et leur a consacré une exposition en 1932. Par la suite, il en retrouvera en Camargue, en Espagne et à Pau en 1982, avec la même sympathie et le même plaisir.

    Des peintres venaient alors en Algérie enrichir leur talent au choc de l'exotisme et aux subtilités particulières de la lumière. Face à leurs œuvres, les dessins de Brouty prennent la valeur profondément humaine d'un témoignage. Par delà le visuel des djellabas, des haiks, des jupes virevoltantes ou des pantalons flasques croqués sur les trottoirs ou dans les bistrots, Brouty nous restitue un quotidien paisible et chaleureux, un moment de vie d'une communauté plurielle.

Brouty5-portrait-couple   Lui qui glissait avec un tel bonheur d'un groupe à l'autre pourrait-on lui appliquer le terme " antiraciste " si souvent employé aujourd'hui ? Impossible, je pense qu'il en aurait ri lui-même tant c'est incongru. Brouty n'était ni raciste, ni antiraciste, mots de combat intellectuel chargé des excès de la passion. Par-delà son art, sa différence venait du cœur et lui confère une dimension particulière dont il n'a probablement pas eu conscience lui-même. Il demeure l'imagier précieux d'une forme de vie, mais surtout la preuve qu'elle a existé tant qu'elle n'a pas été dénaturée, puis effacée, par le vocabulaire destructeur (paternaliste, colonialiste, raciste...) employé par ceux qu'elle dérangeait aux temps de l'abandon.

   1956 est l'année des bombes meurtrières dans Alger, de la peur qui fait surgir les clans. Brouty n'est plus " tout droit tombé de la lune " comme l'écrit Emmanuel Roblès, mais bien " dans la lune " tant il en reste à l'écart. Soudain, le peintre et le poète de tout ce petit peuple de pêcheurs, de gitans, de filles et de yaouleds qui le connaissent et qui l'aiment (3), rattrapé par l'actualité, reçoit un coup au cœur. Lui, si maître de ses réactions, si secret, laisse percer son émotion devant Robert Soulé, journaliste à " I'Echo d'Alger ": " Tu sais, je crois que c'est complètement foutu parce que, moi, je ne peux plus aller dans la Kasbah ! J'ai essayé de dessiner un peu, les copains m'ont prévenu gentiment qu'il était plus prudent pour moi que je n'y aille plus. " C'est la fin d'une manière de vivre aimée, d'un monde familier auquel l'attachaient des liens subtils et forts. Lui qui n'a pris aucun parti va en souffrir comme d'un arrachement. Il ne sortait guère de ses quartiers de prédilection, il va beaucoup voyager, le Sahara, I'Espagne, la métropole, où il ne se résoudra à rentrer qu'en 1966 après de longs détours en Casamance, en Tunisie... On retrouve là, comme chez Jean Brune, mais sans les raisons politiques, les errances des êtres blessés au plus profond par la destruction d'un univers dont ils n'imaginaient peut-être pas l'importance."

brouty6-charrette

Je pleure les paradis perdus, Alger, le Sud, Tipaza... écrit-il en 1972. Que cela paraît loin ! On s'était installé dans le bonheur et on croyait que ca durerait toujours ". Ces " paradis " survivent dans ses œœuvres. Ils ne seront vraiment perdus que si l'oubli les engloutit.

 

.

 

 

Francine DESSAIGNE

-1-. Charles Brouty, F. Dessaigne, Ed. Africa-Nostra, 1987.
-2-. Journal d'exil, J. Brune, Ed. Table Ronde, 1963.
-3-. Préface du livre " Un certain Alger ", recueil de croquis de C. Brouty, Ed. Rivages, 1952.

 

   in L'Algérianiste N°77 mars 1997 p.101